Afrique du Sud : émoi autour de la libération de l'assassin de Chris Hani

AFRICA RADIO

30 novembre 2022 à 12h21 par AFP

Des centaines de manifestants, notamment à Pretoria, ont protesté mercredi contre la libération annoncée de l'assassin du militant anti-apartheid Chris Hani, blessé mardi à l'arme blanche en prison, qui réveille des souvenirs douloureux en Afrique du Sud.

En t-shirts noirs avec le visage imprimé de Chris Hani, les manifestants, qui répondaient à l'appel du parti communiste (SACP) et de l'ANC, se sont dirigés vers la prison gardée par des agents armés et leurs chiens, a constaté l'AFP. "Nous avons déposé un recours" pour "nous opposer à la libération de Janusz Walus", a déclaré à l'AFP l'actuel secrétaire général du parti communiste, Solly Mapaila. Des dizaines de personnes avaient déjà manifesté samedi à Johannesburg. Le SACP, allié à l'ANC dans sa lutte contre l'apartheid et que Hani dirigeait lorsqu'il a été tué à bout portant dans l'allée de son garage en 1993, tente aussi un recours pour faire annuler sa sortie de prison. La semaine passée, la Cour constitutionnelle a accordé une libération anticipée à Janusz Walus, 69 ans, après une trentaine d'années derrière les barreaux. Condamné à mort puis à la prison à vie, cet immigré polonais lié à l'extrême droite blanche afrikaner devait sortir de prison au plus tard jeudi. A quelques heures de cette libération, maintes fois refusée par la justice, il a été poignardé dans la prison de Pretoria où il purge sa peine, a priori par un autre détenu. En début de semaine, un momument à la gloire de Hani a aussi été vandalisé à l'est de Johannesburg. Haut responsable de la branche armée de l'ANC, Chris Hani, 50 ans, a été tué le 10 avril 1993, dans un contexte de délicates négociations avec le pouvoir blanc en vue des premières élections démocratiques. Sa mort violente avait alors exacerbé les tensions raciales et provoqué de violentes émeutes.