Forum Investir en Afrique 2024

Afrique du Sud: le PIB chute lourdement au 4T2022

L'activité économique de l'Afrique du Sud mesurée par l'évolution du PIB a reculé de 1,3% au dernier trimestre de 2022, retombant à un niveau inférieur à son niveau d'avant pandémie à cause de coupures d'électricité record, selon des chiffres officiels publiés mardi.

AFRICA RADIO

7 mars 2023 à 13h21 par AFP

"Après s'être redressé au troisième trimestre de 2022, le PIB sud-africain a reculé de 1,3% au quatrième trimestre" par rapport au trimestre précédent, a annoncé l'agence de statistiques publique StatSA, ajoutant que le PIB (produit intérieur brut) "est tombé sous ses niveaux pré-pandémie". Les économistes n'avaient pas prévu que la chute du PIB serait si brutale. Le commerce extérieur et le secteur de la finance ont été les plus gros freins à la croissance, avec des exportations en baisse de 4,8%. L'agriculture, les mines et l'industrie manufacturière ont également tiré l'évolution de l'activité vers le bas. Au troisième trimestre, le PIB avait connu une expansion de 1,6%, en données corrigées des variations saisonnières. La croissance du pays le plus industrialisé d'Afrique a souffert d'un niveau inobservé jusque-là de coupures d'électricité. Il y a eu 207 jours de coupures en 2022 contre 75 en 2021. "Ce chiffre constitue évidemment un choc", a affirmé un économiste, Carmen Nel, de Matrix Fund Managers. L'entreprise publique Eskom, qui fournit 90% de l'électricité en Afrique du Sud, n'arrive pas à faire face à la demande. La plupart de ses centrales électriques ont plus de quarante-cinq ans et tombent fréquemment en panne. Cela provoque des coupures de courant allant jusqu'à douze heures par jour, et qui ont un coût quotidien de plus de 50 millions de dollars selon des estimations du ministre de l'Energie. L'Afrique du Sud a par ailleurs été très touchée par l'épidémie de Covid-19, qui a accru la pauvreté et les privations d'emploi dans l'un des pays les plus inégalitaires du monde. La croissance économique du pays ralentit depuis environ deux ans. De 2,5% en 2022, elle tomberait à 0,3% seulement en 2023, à cause de l'insuffisance de l'offre d'électricité, selon les prévisions de la banque centrale. La crise énergétique a forcé le président sud-africain Cyril Ramaphosa a décréter un état de catastrophe nationale et à nommer un ministre en charge de l'électricité. Ramaphosa a nommé lundi Kgosientsho Ramokgopa, un ingénieur civil de 48 ans, ancien maire de Pretoria pour ce nouveau portefeuille.