Algérie: Karim Tabbou, figure du Hirak, toujours en état d'arrestation (famille et ONG)

L'opposant Karim Tabbou, l'une des figures du mouvement pro-démocratie en Algérie, est toujours détenu samedi, sans explications sur les raisons de son arrestation la veille, ont déploré son frère et des défenseurs des droits humains.

AFRICA RADIO

30 avril 2022 à 14h06 par AFP

"Jusqu'à présent, mon frère, Karim Tabbou, n'a pas été libéré. Il a été arrêté arbitrairement et d'une manière terrifiante, sans lui donner le droit de contacter ni sa famille ni un avocat", a déploré son frère Djaffar, sur Facebook. La Ligue algérienne de défense des droits de l'homme LADDH a également regretté qu'il n'ait "pas été relâché". "Aucune nouvelle sur les raisons de cette nouvelle arrestation. A quoi joue encore le pouvoir, à quoi répond cette nouvelle escalade?", s'est interrogé la LADDH sur Facebook. La dernière activité publique de M. Tabbou a été sa participation jeudi aux obsèques du militant du Hirak, Hakim Debbazi. Le décès après deux mois de détention de M. Debbazi, 55 ans, a suscité une vague d'émotion en Algérie. Dans une autre publication samedi, la LADDH a réitéré sa demande d'une enquête sur la mort de M. Debbazi. "La LADDH attend toujours la vérité sur les circonstances de la mort de Debbazi en prison". Dans un post sur Facebook daté du 26 avril, M. Tabbou avait rendu les autorités responsables de son décès alors qu'il était détenu depuis la fin février pour des publications sur les réseaux sociaux. "Morts physiquement, les martyrs des causes justes sont plus que vivants", indiquait M. Tabbou dans sa publication, avant d'ajouter: "Bien sûr que le pouvoir demeure et demeurera le seul et unique responsable de sa mort". Karim Tabbou, 47 ans, a purgé une peine d'un an de prison en 2020 pour "atteinte à la sûreté nationale", en raison d'une vidéo sur le compte Facebook de son parti où il critiquait l'ingérence de l'armée dans les affaires politiques. Chef d'un petit parti d'opposition non agréé par les autorités, l'Union démocratique et sociale (UDS), il est l'un des visages les plus populaires du Hirak, marqué par d'importantes manifestations de février 2019 jusqu'à début 2020. Selon le CNLD (Comité national pour la Libération des détenus), environ 300 personnes sont encore emprisonnées en Algérie en lien avec le Hirak ou la défense des libertés individuelles. ad-fka/bfi [object Object]