Burkina: situation humanitaire et sécuritaire "difficile" selon des experts

AFRICA RADIO

20 mai 2022 à 8h21 par AFP

La situation humanitaire et sécuritaire du Burkina Faso reste "difficile", ont estimé jeudi des experts de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'ouest (Cédéao) qui réclame à ce pays un calendrier de transition "raisonnable".

"Ce que nous avons indiqué" dans un rapport conjoint, "c'est que la situation humanitaire et sécuritaire reste difficile" au Burkina Faso, a déclaré jeudi soir le président de la commission de la Cédéao, Jean-Claude Kassi Brou, qui dirigeait la délégation avec la ministre ghanéeene des Affaires étrangères, Shirley Ayorkor Botchway. Selon lui, "il faut évidement prendre la mesure de cette situation, sur la base de ce rapport qui va être soumis aux chefs d'Etat et de gouvernement de la Cédéao". La junte a fixé à trois ans la période de transition avant la tenue d'élections, mais la Cédéao souhaite que sa durée soit revue à la baisse. L'organisation ouest-africaine avait demandé fin mars au Burkina de donner un nouveau calendrier "raisonnable" de la transition d'ici le 25 avril, mais Ouagadougou a demandé un délai supplémentaire. Le gouvernement issu du coup d'Etat avait par la suite demandé l'envoi d'une mission "militaire, politique et humanitaire" de la Cédéao pour évaluer la situation nationale, avant de se prononcer sur sa demande d'écourter la période de transition. A la demande du gouvernement burkinabè, la délégation d'experts de la Cédéao a évalué pendant trois jours la situation sécuritaire au Burkina et "a pu visiter certains sites", selon M. Kassi Brou. Ces visites ont eu lieu dans les localités de Kaya et Barsalogho, épicentres de la crise dans le nord du pays, a précisé la ministre burkinabè des Affaires étrangères, Olivia Rouamba. "Cette mission d'évaluation constitue une étape importante dans la poursuite des consultations entre le Burkina Faso et la Cédéao" et "l'accompagnement du processus de transition", a estimé Mme Rouamba. "Les deux chefs de délégation ont réaffirmé la volonté d'oeuvrer à la réussite" de ce processus, a-t-elle ajouté. Le Burkina Faso est pris depuis 2015 dans une spirale de violences attribuées à des mouvements armés jihadistes, affiliés à Al-Qaïda et au groupe Etat islamique qui ont fait plus de 2.000 morts et 1,8 million de déplacés. Le lieutenant-colonel Damiba a renversé Roch Marc Christian Kaboré, accusé d'avoir été incapable d'enrayer la violence jihadiste, et a fait du rétablissement de la sécurité sa "priorité". Le Burkina Faso est suspendu des instances de la Cédéao depuis le coup d'Etat qui a porté au pouvoir fin janvier le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba.