Forum Investir en Afrique 2024

"C'est le meilleur!": ultime meeting de Tinubu avant la présidentielle au Nigeria

Des milliers de personnes attendaient mardi matin à Lagos l'arrivée de Bola Tinubu, candidat du parti au pouvoir (APC) à l'élection présidentielle du Nigeria, pour son ultime meeting de campagne à quatre jours du scrutin.

AFRICA RADIO

21 février 2023 à 12h36 par AFP

Plus de 93 millions d'électeurs du pays le plus peuplé d'Afrique sont appelés aux urnes le 25 février pour élire un successeur au président Muhammadu Buhari, qui ne se représente pas après deux mandats marqués par de multiples crises et une insécurité généralisée. Le vote se déroulera sur fonds d'exaspération sociale liée à de récentes pénuries de billets et d'essence, et son issue est incertaine car aucun des trois favoris ne se démarque franchement jusque-là. Depuis l'aube mardi, le stade situé à Surulere, un quartier déshérité de la capitale économique Lagos, se remplit progressivement des partisans de M. Tinubu, musulman de 70 ans et l'un des favoris à la présidentielle, a constaté une journaliste de l'AFP. "Je vais voter pour lui, il est vraiment comme un père pour nous. C'est le meilleur", souligne dans la foule Motunrayo Amuda, une cuisinière de 29 ans. La femme, qui danse et porte un pagne aux couleurs de l'APC (bleu, vert et rouge), explique que le parti au pouvoir a promis 5.000 nairas (10 euros) et de la nourriture aux partisans faisant le déplacement. Surnommé "le parrain" pour son influence considérable dans le sud-ouest, Bola Tinubu, ancien gouverneur de Lagos (1999-2007) n'a cessé de répéter que son heure est venue et qu'il est le seul à même de pouvoir redresser le Nigeria. Richissime homme d'affaires, il a par ailleurs gravi tous les échelons politiques malgré des accusations de corruption, sans jamais être condamné. Peu importe, Tinubu "est l'homme de la situation", assure Shittu Surajudeen, chef d'une entreprise de communication privée, en évoquant son bilan à Lagos, où "il a vraiment amélioré la santé, l'éducation, les infrastructures, la sécurité". "C'est le seul qui peut le faire", poursuit l'homme de 60 ans. Il y a quelques mois encore, l'influence de Tinubu le désignait comme le favori de l'élection. Mais ces dernières semaines ont rebattu les cartes, notamment en raison de vastes pénuries d'essence et de billets qui empoisonnent la vie des Nigérians et fait grandir la colère contre le parti au pouvoir. Le Nigeria se débat dans une inflation qui frôle les 22%, et les forces de sécurité peinent à enrayer les violences de groupes jihadistes, criminels et séparatistes. Les deux autres favoris à la présidentielle sont Atiku Abubakar, candidat de l'opposition (PDP) et ancien vice-président de 76 ans, et l'outsider Peter Obi, 61 ans, ultrapopulaire chez la jeunesse urbaine.