Carlos Vila Nova remporte la présidentielle à Sao Tomé-et-Principe (résultats officiels provisoires)

6 septembre 2021 à 15h06 par AFP

AFRICA RADIO

Sao Tomé-et-Principe, petit archipel africain lusophone du Golfe de Guinée, a élu un nouveau président, Carlos Vila Nova, de l'opposition de centre-droit comme son prédécesseur, qui devra poursuivre la cohabitation avec le gouvernement social-démocrate, selon les résultats officiels provisoires du scrutin de dimanche.

Le chef de l'Etat ne jouit cependant que d'un rôle honorifique, de représentation et de promulgation des lois, l'essentiel du pouvoir exécutif revenant au Premier ministre et son gouvernement dans un pays considéré comme l'un des modèles de démocratie parlementaire en Afrique, habitué aux alternances politiques pacifiques. Carlos Vila Nova, du parti Action démocratique indépendante (ADI, centre-droit), a remporté 57,54% des suffrages contre 42,46% à Guilherme Posser da Costa, du Mouvement pour la libération de Sao Tomé-et-Principe (MLSTP, social-démocrate), pilier de l'actuelle coalition gouvernementale, selon les résultats provisoires officiels de la Commission électorale nationale(CEN) publiés par l'agence de presse de l'Etat STP-Press, laquelle titre sur son site internet: "Carlos Vila Nova vainqueur de la présidentielle". Le Tribunal constitutionnel doit valider cette élection d'ici une semaine après avoir statué sur d'éventuels recours. Et 34,68% des quelque 123.000 électeurs santoméens se sont abstenus dans ce scrutin pour lequel le sortant Evaristo Carvalho, lui aussi de l'ADI, ne se représentait pas. M. Vila Nova, 65 ans, ingénieur en télécommunications de formation, était jusqu'alors assez peu connu du grand public, ancien cadre de la fonction publique jusqu'en 1988, devenu homme d'affaires reconverti dans l'industrie du tourisme avant d'entrer tardivement en politique. Il n'a occupé que deux postes de ministre, des Travaux publics de 2010 à 2012 et des Infrastructures et de l'Environnement de 2014 à 2018, avant d'être élu député pour la première fois la même année. Son rival M. Posser da Costa, lui, avait été Premier ministre de 1999 à 2001 et trois fois chef de la diplomatie. Ce second tour, initialement prévu le 8 août, a été repoussé à deux reprises après un recours contentieux d'un candidat finalement débouté. Ils étaient 19 prétendants le 18 juillet à se présenter au suffrage universel.