Forum Investir en Afrique 2024

L'Érythrée rejette les accusations de violations des droits de l'Homme au Tigré

Le président érythréen Issaias Afeworki a rejeté jeudi les accusations de violations des droits de l'Homme par son armée dans la région éthiopienne du Tigré (Nord), les qualifiant de "chimère".

AFRICA RADIO

9 février 2023 à 12h36 par AFP

"Il y a une chimère dans les esprits de ceux qui participent à (...) ce que j'appelle une entreprise de fabrication de la désinformation", a-t-il déclaré à des journalistes lors d'une visite au Kenya, sans répondre davantage aux questions sur la présence militaire érythréenne au Tigré voisin. Les troupes érythréennes ont soutenu les forces gouvernementales éthiopiennes dans leur offensive lancée en novembre 2020 contre celles des autorités rebelles de la région du Tigré issues du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF), ennemi juré du régime d'Asmara. Les Etats-Unis et des organisations de défense des droits humains les ont accusées d'avoir commis des atrocités durant le conflit, notamment le massacre de centaines de civils. Un accord de paix a été signé en novembre 2022 entre le gouvernement éthiopien et les rebelles du Tigré, mais l'Érythrée n'a pas participé aux discussions et ses troupes continuent d'être présentes dans la région, selon des habitants. "Je n'ai aucune intention de m'ingérer dans cette affaire malgré la campagne de désinformation engagée pour tenter de perturber le processus de paix en Ethiopie et de créer un conflit entre l'Érythrée et l'Éthiopie", a déclaré M. Issaias, interrogé sur la présence de ses troupes en territoire éthiopien. "Ne prenez pas l'Érythrée comme prétexte pour les problèmes de l'Éthiopie ou du reste de la région. N'essayez pas de nous entraîner là-dedans. C'est une chimère de ceux qui veulent faire dérailler tout processus de paix", a-t-il insisté. L'Érythrée, l'un des pays les plus fermés et autoritaires au monde, dirigé d'une main de fer par Issaias Afeworki depuis son indépendance de l'Éthiopie en 1993, a une politique de conscription universelle à durée illimitée. Jeudi, quelques heures avant les déclarations de M. Afeworki à Nairobi, l'ONG Human Rights Watch (HRW) a appelé à des sanctions ciblées contre des dirigeants érythréens, accusés d'enrôler des milliers de personnes, dont des mineurs, pour le service militaire, et de punir les familles de ceux qui s'y soustraient.