La FAO appelle à une aide d'urgence pour les agriculteurs de la Corne de l'Afrique

AFRICA RADIO

17 janvier 2022 à 15h51 par AFP

Face aux criquets et à la sècheresse, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a appelé lundi à mobiliser d'urgence "138 millions de dollars pour aider 1,5 million" de cultivateurs et d'éleveurs vulnérables dans la Corne de l'Afrique.

"Dans une région frappée par les invasions acridiennes et la Covid-19, une troisième année consécutive de pluies insuffisantes fait peser une lourde menace sur la sécurité alimentaire", alerte la FAO dans un communiqué. Les trois pays les plus touchés sont la Somalie, le Kenya et l'Ethiopie, où le conflit qui sévit depuis plus d'un an dans la région dissidente du Tigré (nord) avait précipité dès l'été 2021 plus de 400.000 personnes dans la famine. "Une troisième saison de sécheresse due à La Niña fait craindre l'apparition d'une crise alimentaire de grande ampleur dans la région si les communautés rurales productrices de denrées alimentaires ne reçoivent pas une aide adaptée et en temps utile", souligne la FAO. Dans les pays les plus touchés, "il ressort des projections que quelque 25,3 millions de personnes se trouveront dans une situation d'insécurité alimentaire très aiguë d'ici à la mi-2022", selon l'organisation, qui pronostique, si ce scénario devait se concrétiser, une des "pires crises alimentaires au monde". La FAO appelle donc à débloquer 130 des 138 millions de dollars nécessaires "d'ici fin février" pour fournir eau, semences, aliments au bétail etc. aux plus vulnérables: "le bon moment, c'est maintenant", a déclaré Rein Paulsen, directeur du Bureau des urgences et de la résilience de la FAO, rappelant que "le cycle des saisons n'attend pas". En 2011, une grave sécheresse avait entraîné la mort de "plus de 260.000 personnes", rappelle l'organisation, qui souligne qu'en 2017 la famine avait pu être évitée dans la Corne de l'Afrique, grâce à une aide d'urgence aux communautés rurales. C'est le même scénario qui se joue aujourd'hui, en cette "période de soudure" où les possibilités de pâturage sont peu nombreuses et où les cultivateurs ont besoin de semences "pour pouvoir commencer leur travail dès le début de la principale saison de plantation" en mars. Ce plan d'action devrait permettre, s'il est entièrement financé, "de produire jusqu'à 90 millions de litres de lait et jusqu'à 44.000 tonnes de cultures de base au cours du premier semestre 2022, ce qui mettra en sécurité pendant au moins six mois plus d'un million de personnes en situation de grande insécurité alimentaire".