Le Burkina ordonne "la suspension immédiate" de RFI "jusqu'à nouvel ordre"

AFRICA RADIO

3 décembre 2022 à 17h51 par AFP

Le Burkina Faso a ordonné samedi "la suspension immédiate et jusqu'à nouvel ordre" de Radio France Internationale (RFI), lui reprochant notamment d'avoir relayé un "message d'intimidation" attribué à un "chef terroriste", a annoncé le porte-parole du gouvernement burkinabè.

En ayant relayé ce message, RFI "contribue ainsi à une manoeuvre désespérée des groupes terroristes en vue de dissuader les milliers de Burkinabè mobilisés pour la défense de la Patrie", indique un communiqué signé du porte-parole, Jean Emmanuel Ouedraogo. Au début de la semaine, le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM, affilié à Al-Qaïda), avait diffusé une vidéo dans laquelle l'un de ses chefs au Burkina Faso menaçait de s'attaquer à des villages défendus par des Volontaires de la défense de la patrie (VDP), supplétifs civils de l'armée, qui vient d'en recruter 90.000 en trois semaines pour faire face à la recrudescence des attaques jihadistes. Le gouvernement reproche également à RFI, radio publique française, d'avoir repris dans sa revue de presse de vendredi "une information mensongère, indiquant que: +Le président de la transition, le capitaine Ibrahim Traoré, assure qu'une tentative de coup d'Etat a visé son pouvoir+". Le communiqué rappelle que "le 3 novembre dernier, le gouvernement avait déjà exprimé son indignation face à l'attitude tendancieuse des journalistes de ce média (RFI) et leur propension à jeter un discrédit sur la lutte dans laquelle le peuple burkinabè est engagé pour plus de liberté et de dignité". "Au regard de tout ce qui précède, le gouvernement a décidé de la suspension immédiate jusqu'à nouvel ordre, de la diffusion des programmes de Radio France Internationale sur toute l'étendue du territoire national", ajoute-t-il. Un journaliste de l'AFP à Ouagadougou a constaté en fin d'après-midi qu'on ne pouvait effectivement plus écouter cette radio. Le gouvernement tient néanmoins "à réaffirmer à l'opinion nationale et internationale son attachement à la liberté de presse et d'opinion" et "au droit du public à l'information", mais "invite cependant au respect des règles et principes édictés en la matière dans notre pays". Le Burkina, théâtre de deux coups d'Etat militaires en huit mois et en proie depuis 2015 à la violence jihadiste, est le deuxième pays de la région à interdire RFI cette année après le Mali, également dirigé par des militaires putschistes et frappé par les jihadistes, en mars. "Les nerfs sont à vif, cependant museler ou persécuter la presse ne transforme pas le mensonge en vérité", a estimé Newton Ahmed Barry, journaliste et ancien président de la Commission électorale nationale (CEI).