Libye: trois membres des forces de l'ordre tués dans une attaque de l'EI (ministère)

AFRICA RADIO

27 janvier 2022 à 18h51 par AFP

Trois membres des forces de sécurité ont été tués dans une attaque menée par des hommes affiliés au groupe Etat islamique (EI) dans le sud-ouest de la Libye, a annoncé jeudi le ministère de l'Intérieur.

L'attaque a eu lieu mercredi à 80 km de la ville d'Al-Gatroune, à 700 km au sud de la capitale Tripoli, et a "visé une patrouille de la Brigade des Martyrs d'Oum al-Araneb, faisant trois martyrs parmi ses membres", a indiqué le ministère dans un communiqué. Selon le ministère, le groupe affilié à l'EI a récemment "fait son apparition" dans ce secteur avec le but "d'ébranler la stabilité et de terroriser les civils". A la suite de cette attaque, les forces de sécurité libyennes "ont abattu quatre des membres de Daech (acronyme arabe de l'EI, ndlr) et détruit leur véhicule", a ajouté la source. L'EI avait revendiqué lundi une autre attaque dans la même zone ayant fait deux morts une semaine plus tôt dans les rangs de la Brigade des Martyrs d'Oum al-Araneb -- composée majoritairement de membres de tribus Toubous --, a indiqué le ministère de l'Intérieur. La Libye a sombré depuis la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi dans un chaos marqué par des luttes de pouvoir entre camps rivaux et des violences sanglantes impliquant des milices, des combattants étrangers et des groupes jihadistes. L'interminable transition politique s'est accompagnée d'une désintégration de l'appareil sécuritaire, favorisant l'arrivée dans ce pays d'Afrique du Nord de groupes jihadistes, au premier rang desquels figure l'EI dès 2014. Le groupe avait alors multiplié les attaques meurtrières, avant que son influence ne s'érode avec la perte de ses fiefs autour des villes de Syrte (nord-centre) fin 2016 et de Derna (nord-est) en 2018. Mais même affaiblis, les jihadistes constituent toujours une menace persistante pour le pays, après leur repli dans le désert ou parmi la population sur la côte méditerranéenne.