Attaque dans l'Est de la RDC: 12 morts dont un journaliste (nouveau bilan)

13 décembre 2020 à 17h06 par AFP

AFRICA RADIO

Douze personnes, dont un journaliste, ont été tuées lors d'une attaque dans l'Est de la République démocratique du Congo, dans la nuit de vendredi à samedi, selon un nouveau bilan dimanche de l'armée congolaise.

Dans un communiqué, l'armée a confirmé le premier bilan de six personnes tuées sur le coup à la machette, et de plusieurs civils enlevés, lors de cette attaque attribuée au groupe armé des Forces démocratiques alliées (ADF). "Il a été découvert malheureusement six autres corps de personnes kidnappées", a ajouté un porte-parole de l'armée cité dans le communiqué.Parmi les victimes enlevées et tuées, figure un journaliste de la radio communautaire Voice of Ruwenzori, et l'épouse d'un chef de village, ajoute l'armée, qui affirme avoir "neutralisé" cinq membres des ADF.La tuerie a touché une zone du territoire de Beni (Nord-Kivu) proche de Mutwanga.L'armée "a pourchassé ces terroristes jusque dans le parc national des Virunga", plus ancienne réserve naturelle africaine qui s'étend sur 7.769 km2 dans le Nord-Kivu.Les ADF sont accusés d'avoir tué plus de 800 civils depuis novembre 2019 dans cette partie du Nord-Kivu près de l'Ouganda. "Les attaques du groupe armé ADF peuvent constituer des crimes contre l'humanité et des crimes de guerre", ont estimé les Nations unies le 6 juillet.Les ADF sont à l'origine des rebelles ougandais musulmans. Ils se sont installés dans l'Est de la RDC au milieu des années 90.Ils ont cessé d'attaquer l'Ouganda voisin depuis des années et vivent de trafic dans la région (bois), en terrorisant les civils.Des officiers congolais ont été soupçonnés dans le passé de complicité avec les ADF qu'ils sont supposés combattre.L'armée congolaise avait annoncé fin octobre 2019 des offensive contre leur base et leur leader dans la jungle autour de Beni.Le groupe Etat islamique-Afrique centrale revendique depuis avril 2019 certaines attaques des ADF, sans preuve formelle d'affiliation de ce groupe armé à l'internationale jihadiste.