Au procès Taylor, Mia Farrow et son ex-agent contredisent le témoignage de Campbell

Par La rédaction

LA HAYE (AFP)

 L'actrice Mia Farrow et l'ex-agent de Naomi Campbell ont contredit lundi devant un tribunal de La Haye le témoignage du mannequin britannique en affirmant notamment qu'elle leur a dit avoir reçu des diamants de Charles Taylor en 1997.

Mia Farrow a soutenu que Naomi Campbell lui avait dit, au lendemain du dîner organisé par l'ancien président sud-africain Nelson Mandela en septembre 1997, avoir reçu un "énorme diamant" de l'ex-président libérien.

Carole White, l'ex-agent du top-model, a de son côté assuré aux juges avoir été aux côtés de son ancienne cliente quand celle-ci a reçu, la nuit ayant suivi un dîner de bienfaisance en Afrique du Sud, des diamants lui ayant été promis par Charles Taylor, jugé pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

Le mannequin britannique, 40 ans, avait pourtant affirmé jeudi ignorer qui lui avait offert "deux ou trois" diamants bruts, qu'elle a décrits comme "des pierres à l'aspect sale", reçus en pleine nuit après le dîner auquel les trois femmes assistaient.

 Mia Farrow a assuré que Naomi Campbell lui "a dit qu'elle avait été réveillée dans la nuit.Des hommes avaient frappé à sa porte.Ils avaient été envoyés par Charles Taylor et ils lui avaient donné un énorme diamant".

"C'est Naomi Campbell qui a dit qu'ils venaient de Charles Taylor", a soutenu Mme Farrow, assurant rapporter les propos du mannequin au petit déjeuner du lendemain.

Deux hommes sont arrivés au milieu de la nuit dans le bâtiment où dormait le mannequin, "ont sorti un papier miteux et l'ont donné à Mme Campbell et ont dit : +voici les diamants+" a de son côté déclaré Carole White : "Elle me les a montrés, elle était assez déçue car ils n'étaient pas brillants".

Durant le dîner de bienfaisance, Naomi Campbell "était très excitée et m'a dit : +Il (Taylor) va me donner des diamants+", a assuré aux juges du Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL) Mme White, dont le témoignage se poursuit mardi.

M. Taylor, entre temps, "montrait son accord sur le fait (...) que des diamants allaient être offerts en cadeau.Il approuvait en hochant la tête et en souriant", a ajouté Carole White, précisant que le mannequin et l'ex-président libérien avaient "flirté" durant le dîner.

Courtenay Griffith, l'avocat de Charles Taylor, a cherché à discréditer le témoignage de Mme White, soutenant que celle-ci avait "une très bonne raison de mentir", évoquant un procès entrepris contre son ancienne cliente pour rupture de contrat.

Quant à Mia Farrow, connue pour son engagement dans des causes humanitaires, il affirme qu'elle se considère comme la "Mère Teresa de l'Afrique des temps modernes" et "n'a pas un esprit ouvert en ce qui concerne Charles Taylor".

Le bureau du procureur souhaite prouver que Charles Taylor, 62 ans, a menti en prétendant ne jamais avoir possédé de diamants bruts, des "diamants du sang", reçus des rebelles sierra-léonais du Front révolutionnaire uni (RUF).

La qualification de "diamants du sang" a été donnée aux pierres provenant de pays où elles servent notamment à l'achat d'armes et où les droits de l'Homme sont violés.

Selon l'accusation, M. Taylor s'était rendu en septembre 1997 en Afrique du Sud pour "vendre ou échanger contre des armes des diamants" reçus du RUF.

Jeremy Ratcliffe, qui travaillait pour le Fonds d'aide à l'enfance de Nelson Mandela (NMCF), s'était vu remettre les diamants par Naomi Campbell au lendemain du dîner et a indiqué les avoir remis jeudi à la police sud-africaine.

L'ancien président libérien plaide non coupable de onze crimes, notamment de meurtres, de viols et d'enrôlement d'enfants soldats durant la guerre civile en Sierra Leone, qui a fait 120.000 morts.

M. Taylor, dont le procès s'est ouvert en janvier 2008, est accusé d'avoir dirigé en sous-main les rebelles du RUF pendant la guerre civile en Sierra Leone (1991-2001), leur fournissant armes et munitions en échange de diamants.