Cameroun: Yaoundé regrette les propos antisémites d'un ministre

Par AFP

AFRICA RADIO

Le Cameroun a exprimé à Israël ses "sincères regrets" après les propos d'un ministre qui avait fait un rapprochement entre la situation des juifs en Allemagne durant la Seconde guerre mondiale et celle de l'ethnie bamiléké camerounaise.

"Le gouvernement de la République du Cameroun tient à souligner que le responsable politique concerné s'exprimait à titre personnel", selon le ministre de la Communication, René Emmanuel Sadi, dans un communiqué reçu mardi matin par l'AFP.Le gouvernement "déplore" les propos de son ministre délégué à la Justice, Jean de Dieu Momo, et a indiqué s'en "dissocier", sans pour autant annoncer de sanctions à son encontre.Dimanche, lors d'une émission de grande écoute proposée par la télévision publique, la Cameroon radio television (Crtv), M. de Dieu Momo a déclaré qu'"en Allemagne, il y avait un peuple qui était très riche, qui avait tous les leviers économiques", précisant qu'il évoquait les "juifs"."Ils (les juifs) étaient d'une arrogance telle que le peuple allemand se sentait un peu frustré, puis un jour est venu au pouvoir un certain Hitler qui a mis ces populations dans les chambres à gaz", a-t-il ajouté.Dans la foulée, M. de Dieu Momo a fait un rapprochement avec l'ethnie Bamiléké camerounaise dont lui-même est issu, ainsi que Maurice Kamto, principal opposant actuellement emprisonné: "il faut que les gens instruits comme M. Kamto puissent savoir où ils emmènent leur peuple".Lundi, l'ambassade d'Israël au Cameroun avait condamné "fermement ces propos", estimant que ce ministre avait ainsi "justifié l'holocauste perpétré par l'Allemagne nazie". Elle s'était dite "outragée par cette sortie qui décrit avec légèreté une histoire aussi triste et tragique de l'humanité".