Côte d�??Ivoire : inculpations pour l�??assassinat de Robert Guëi

Par La rédaction

Dix ans après sa mort quatre soldats dont des piliers sécuritaires de l'ex-régime de Laurent Gbagbo sont inculpés pour l'assassinat de l'ancien général Robert Gueï. Pour son parti, l'UDPCI, ce sera une étape obligée du processus de réconciliation.Surnommé « le père Noël en treillis », Robert Gueï a dirigé, pendant dix mois la junte militaire installée en Côte d'Ivoire suite au coup d'Etat du 24 décembre 1999 contre le président Henri Konan Bédié - le premier coup d'Etat militaire de l'histoire du pays qu'il a lui-même mené.Robert Gueï, qui assurait alors, selon ses propres mots, que le pouvoir ne l'intéressait pas, a changé d'avis. Avec Laurent Gbagbo, il s'est employé à changer la Constitution pour rendre encore plus strictes les conditions d'éligibilité, notamment sur la question de la nationalité ivoirienne, et barrer ainsi la route à Alassane Ouattara. Mais ses relations avec le pouvoir Gbagbo se sont aussi détériorées. C'est à ce moment-là qu'il a lancé son célèbre « quel est donc ce chef d'Etat qui se transforme en boulanger pour rouler tout le monde dans la farine ? »En octobre 2000, Robert Gueï a été vaincu par Laurent Gbagbo à l'issue d'une élection controversée dont ont été exclus Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara.Robert Gueï avait été accusé par le pouvoir de Laurent Gbagbo d'être derrière la tentative de coup d'Etat, en septembre 2002. En retour, les partisans de Gueï attribuaient, au régime, la mort de leur chef. C'est ce que le camp Gbagbo a toujours récusé.Le général Robert Gueï est bien connu des Ivoiriens pour avoir été chef d'état-major des armées sous la présidence de Houphouët-Boigny et de Konan Bédié, avant de tomber en disgrâce, accusé de coup d'Etat et de tentative de putsch.Kadiatou-cherif Diawara