Egypte: les deux journalistes d'Al-Jazeera sont sortis de prison

Par La rédaction

Le Caire (AFP)

Deux journalistes d'Al-Jazeera emprisonnés en Egypte pour leur soutien présumé à l'opposition islamiste sont sortis de prison vendredi, ont indiqué leurs familles, après plus d'un an de détention dans une affaire qui avait déclenché un tollé international.

Le journaliste canadien Mohamed Fahmy et son confrère égyptien Baher Mohamed, qui avaient écopé de sept et dix ans en première instance, ont quitté la prison au lendemain de la décision d'un tribunal égyptien de les mettre en liberté conditionnelle dans l'attente de la suite de leur nouveau procès.

"Nous avons terminé les procédures pour la libération de mon frère il y a peu", a déclaré à l'AFP le frère de Baher Mohamed, Assem Mohamed."Il est chez lui pour la première fois depuis plus d'un an", s'est-il réjouit.

"Mon frère a été libéré.Je prends des congés avant qu'il ne soit arrêté à nouveau", a ironisé sur Twitter le frère de Mohamed Fahmy, Adel Fahmy, remerciant ceux qui l'ont soutenu.

Le tribunal égyptien chargé de rejuger les journalistes a décidé de libérer M. Fahmy en échange d'une caution d'environ 29.000 euros et M. Mohamed en contrepartie d'un engagement à comparaître pour le reste du nouveau procès, qui se poursuivra le 23 février pour les deux hommes.

Le gouvernement canadien avait salué jeudi la remise en liberté conditionnelle de M. Fahmy, jugeant toutefois "inacceptable" qu'il doive subir un nouveau procès.

Mohamed Fahmy a renoncé à sa citoyenneté égyptienne dans l'espoir de bénéficier d'une nouvelle loi permettant l'expulsion sine die des étrangers poursuivis par la justice.C'est en vertu de ce décret que l'Australien Peter Greste, le troisième journaliste d'Al-Jazeera emprisonné, a pu rentrer chez lui au début du mois.