Frappes françaises au Tchad: le Sénat français veut auditionner une ministre

Par AFP

AFRICA RADIO

La commission des Affaires étrangères et de la Défense du Sénat en France a demandé à entendre la ministre de la Défense Florence Parly, après l'annonce mercredi de nouvelles frappes françaises au Tchad.

"Pour permettre la bonne information du Parlement", le président de la commission, Christian Cambon (Les Républicains, droite) "a demandé à la ministre des Armées de venir en audition devant la commission pour faire le point sur l'évolution de la situation", a indiqué la commission jeudi dans un communiqué, sans autre précision.Des avions de combat français ont frappé dans le nord-est du Tchad une colonne de pick-up lourdement armée venue de Libye contre laquelle Français et Tchadiens sont déjà intervenus le week-end dernier, a annoncé mercredi l'état-major français.Après une incursion en "profondeur" au Tchad, selon Paris, N'Djamena a demandé à la France son soutien militaire. Lundi, puis mercredi, Paris a annoncé avoir procédé à des frappes à partir de Mirage 2000.Le convoi visé se composait de membres de l'Union des forces de la résistance (UFR), groupe armé à l'origine d'une tentative de putsch de 2008, stoppé in extremis aux portes du palais présidentiel de N'Djamena grâce à l'appui de l'allié français."Le raid de cette colonne armée dans la profondeur du territoire tchadien était de nature à déstabiliser ce pays", avait fait valoir mercredi soir l'état-major français.Depuis son arrivée au pouvoir en 1990 avec l'aide de Paris, le président tchadien Idriss Déby Itno, qui a renversé Hissène Habré, a toujours pu compter sur la France, qui a installé à N'Djamena le QG de sa force antijihadiste Barkhane.