Guinée: nouvelle grande manifestation contre le président Condé

10 décembre 2019 à 17h25 par AFP

AFRICA RADIO

Les Guinéens ont à nouveau manifesté en masse mardi à Conakry et en province contre un éventuel troisième mandat du président Alpha Condé, a constaté un journaliste de l'AFP.

Un responsable de l'opposition a chiffré à un million le nombre de personnes ayant marché dans la capitale à l'appel du Front national de défense de la Constitution (FNDC), qui mène depuis le 14 octobre la contestation contre l'ambition prêtée à Alpha Condé de modifier la loi fondamentale afin de briguer un troisième mandat l'an prochain.Bien que les marches soient impressionnantes, de tels chiffres se sont révélés invérifiables depuis le début du mouvement.Des témoins ont également rapporté la mobilisation de milliers de personnes dans les villes de Mamou et Dalaba (centre) et Labé (nord).Aucun incident significatif n'a été rapporté, alors que les protestations ont été brutalement réprimées à plusieurs reprises. Au moins 20 civils ont été tués depuis le 14 octobre, ainsi qu'un gendarme. Des dizaines de personnes ont été arrêtées."Aujourd'hui, nos pensées (vont) vers nos morts, vers nos amis qui sont (devant) les tribunaux", a déclaré à Conakry le coordinateur national du FNDC, Abdourahmane Sanoh, lui-même sorti récemment de prison en attendant une décision en appel après avoir été condamné à de la prison ferme en première instance.La Guinée, ancienne colonie française d'Afrique de l'Ouest coutumière des protestations et des répressions brutales, est en proie à l'agitation depuis que le FNDC a appelé à faire barrage au projet prêté à M. Condé, élu en 2010 et réélu en 2015, de briguer sa propre succession en 2020 et de réviser la Constitution, qui limite à deux le nombre de mandats présidentiels.A 81 ans, M. Condé, ancien opposant historique qui fut le premier président démocratiquement élu après des décennies de régimes autoritaires et militaires, entretient le flou sur ses intentions, mais a lancé en septembre des consultations sur la Constitution.