Le président sud-soudanais écourte sa visite en Chine en raison de l'escalade des combats

Par La rédaction

PEKIN (AFP) - (AFP)

 Le président du Soudan du Sud Salva Kiir, actuellement à Pékin, va écourter sa visite en Chine alors que des combats opposent son pays au Soudan, a annoncé mercredi le président de l'Assemblée nationale populaire, Wu Bangguo.

"Il est regrettable que vous deviez écourter votre visite en Chine en raison de problèmes intérieurs", a déclaré M. Wu en recevant M. Kiir, peu après que le ministère chinois des Affaires étrangères eut indiqué que le chef de l'Etat sud-soudanais avait annulé une visite prévue à Shanghai.

Dans la nuit de lundi à mardi, les avions soudanais ont pris pour cible les localités sud-soudanaises de Panakwach et Lalop, dans l'Etat d'Unité, ainsi que le poste-frontière de Teshwin, une zone contestée, théâtre d'intenses combats entre les deux armées ces derniers jours, a affirmé mardi le gouverneur d'Unité, Taban Deng, à Bentiu, capitale de cet Etat frontalier.

 Les bombardements ont continué jusqu'aux "première heures" mardi, a-t-il ajouté, précisant que les frappes les plus profondes avaient été recensées à environ 25 km de la ligne de front, à la frontière non démarquée entre les deux Soudans.

Khartoum dément systématiquement toute frappe aérienne en territoire sud-soudanais, dont certaines ont pourtant été confirmées par l'ONU et des journalistes.

Selon l'ambassadrice américaine à l'ONU Susan Rice, ces derniers bombardements ont fait 16 morts et 34 blessés.Elle a dit se baser sur un bilan donné mardi par la Mission de l'ONU au Soudan (MINUS) au cours d'une réunion du Conseil de sécurité consacrée à ce pays. 

 Les bombardements ont aussi causé des "dégâts importants" aux infrastructures, notamment les installations pétrolières, a-t-elle ajouté.

Les Etats-Unis ont appelé le Soudan à "cesser immédiatement les bombardements aériens et les tirs d'artillerie au Soudan du Sud", la secrétaire d'Etat Hillary Clinton estimant que Khartoum aurait au contraire dû mettre à profit sa récente reconquête de la zone frontalière contestée de Heglig pour proposer à son voisin sud-soudanais une reprise des négociations.