Les rebelles rwandais appellent l'ONU à "ne pas céder au chantage" de Kigali

14 septembre 2010 à 10h59 par La rédaction

NAIROBI (AFP)

Les rebelles hutu rwandais ont appelé mardi l'ONU à "ne pas céder au chantage" de Kigali qui a menacé de se retirer des opérations de maintien de la paix en guise de protestation contre un projet de rapport accusant l'armée rwandaise de graves crimes en RD Congo.

Dans un communiqué reçu mardi à l'AFP, les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) "demandent au secrétaire général de l'ONU de ne pas céder aux manoeuvres, tactiques d'intimidation et autres formes de chantage que Kigali a commencé à exercer sur l'organisation en menaçant de retirer ses troupes des missions de maintien de la paix de l'ONU".

Pour les FDLR dont certains combattants ont trempé dans le génocide des Tutsi en 1994, "c'est plutôt le moment ou jamais pour l'ONU de se défaire d'éléments qui, par leurs mains souillées de sang d'innocents, apportent l'opprobre à une institution dont la mission est de maintenir la paix dans monde".

"Le renvoi immédiat des soldats rwandais soupçonnés de crimes contre la paix, contre l'humanité et de génocide rétablira l'image écornée de l'Organisation depuis que certains de ses membres se sont manifestement compromis au Rwanda et en RDC", poursuit le texte.

"Les FDLR demandent à la communauté internationale et en particulier au Conseil de Sécurité de l'ONU de s'assurer que personne (parmi) ceux qui ont participé à l'entreprise du génocide des Hutu rwandais et congolais n'échappe à la justice", indique le communiqué.

Cette organisation politico-militaire basée dans l'est de la RD Congo se dit enfin "disposée à aider l'ONU à tordre le cou au mensonge et à l'injustice et à participer à toute action permettant de rendre justice aux peuples meurtris du Rwanda et de la RDC".

Le projet de rapport accuse l'armée rwandaise de possibles crimes de génocide commis pendant la première guerre en République démocratique du Congo (1996-1998) à l'encontre des Hutu rwandais réfugiés dans l'est de ce pays.

Le Rwanda a réagi à la publication de ce texte en menaçant de retirer ses contingents mis à disposition de la mission de paix ONU/Union africaine (Minuad) et de la Mission des Nations Unies au Soudan, l'Unmis.