Malawi: le parlement doit entériner le vote du président à la majorité absolue (officiel)

Par AFP

AFRICA RADIO

Les députés malawites doivent entériner d'ici fin février les changements exigés cette semaine par la Cour constitutionnelle, dont l'élection du prochain chef de l'Etat à la majorité absolue et non plus relative, après l'annulation historique de la présidentielle de mai, a annoncé jeudi la présidente du parlement.

"Nous suivons ce que les tribunaux décident", a expliqué la présidente du parlement, Catherine Gotani-Hara, au cours d'une conférence de presse à Lilongwe. "Je peux vous assurer que nous travaillons d'arrache-pied pour nous assurer que tout est fait dans les délais ordonnés par la cour", a-t-elle ajouté.Lundi, la Cour constitutionnelle a annulé l'élection présidentielle du 21 mai, remportée "indûment" par le chef de l'Etat sortant Peter Mutharika à la suite d'"irrégularités systématiques et graves".Le tribunal a "ordonné l'organisation d'une nouvelle élection" présidentielle qui "devra se tenir dans les 150 jours".Elle a aussi exigé que le président soit élu à la majorité absolue, et non plus à la majorité relative. La constitution du Malawi stipule que le candidat élu à la présidence du pays est celui qui a obtenu "la majorité" des voix lors du scrutin, sans préciser si une majorité relative ou absolue est requise.La Cour constitutionnelle a donné 21 jours au parlement pour entériner désormais le principe de la majorité absolue.Peter Mutharika, au pouvoir depuis 2014, a été réélu en mai 2019 avec 38,57% des suffrages, selon les résultats de la Commission électorale.Mercredi, il a confirmé qu'il allait faire appel de l'arrêt de la Cour constitutionnelle.Il a exprimé "de graves réserves" sur le jugement, qui "marque la fin de la démocratie du Malawi". Il a cependant annoncé qu'il participerait à la nouvelle élection présidentielle.