Dépêches AFP

Maroc: le procès du journaliste Soulaimane Raissouni piétine à cause de sa santé

10 juin 2021 à 21h28 Par AFP
Le procès du journaliste marocain Soulaimane Raissouni, en grève de la faim depuis 64 jours, a été une nouvelle fois renvoyé au 15 juin, après une audience tendue où sa défense s'est déclarée "incapable" de plaider au regard de sa santé "alarmante". "On ne peut plaider alors que cet homme se meurt devant nos yeux", ont affirmé ses avocats, tandis que le juge de la Cour d'appel de Casablanca insistait au contraire pour démarrer les débats au plus vite.Le rédacteur en chef du journal Akhbar Al Yaoum --en banqueroute depuis mi-mars-- est poursuivi pour "agression sexuelle" après une plainte déposée par un militant LGBT pour des faits qu'il conteste. Il refuse obstinément de s'alimenter pour protester contre "la grande injustice" de sa détention préventive depuis un an, la justice ayant rejeté toutes ses demandes de remises en liberté provisoire depuis son interpellation fin mai 2020.Jeudi, son apparition titubante, corps amaigri, peau sur les os, a saisi la salle d'audience, dans un silence rompu par les sanglots de sa famille."Vous pouvez me sortir de prison pour me renvoyer chez moi, mais c'est moi seul qui décide d'aller de la prison au tombeau", a-t-il lancé au juge."Sa place est dans un hôpital" a imploré une de ses avocates, Souad Brahma. Il "n'arrive ni à parler, ni réfléchir, pas même à s'assoir droit sur sa chaise", a insisté son confrère Mohamed Messaoudi. Pour leur part, le juge comme le procureur estimaient que "le choix personnel de l'accusé ne pouvait entraver le début du procès". Le juge a cependant dû se résoudre à renvoyer une nouvelle fois l'audience après que le journaliste a pris la parole pour dire: "Je n'en peux plus. Je souhaite retourner mourir en prison".Sa nouvelle demande de liberté a été rejetée dans la soirée. Jeudi matin, la Cour d'appel a aussi refusé la sixième demande de liberté provisoire d'un autre journaliste, Omar Radi, en préventive depuis dix mois pour une double affaire de "viol" et d'"atteinte à la sécurité intérieure de l'Etat".MM. Radi et Raissouni clament leur innocence, leurs soutiens dénoncent des "procès politique". Les autorités marocaines, elles, mettent en avant l'indépendance de la justice et la conformité des procédures.Leurs cas mobilisent au Maroc et à l'international: des défenseurs des droits humains, des intellectuels, des hommes politiques et des journalistes réclament qu'ils soient jugés en état de liberté, comme le permet la procédure pénale. Jeudi soir, Reporters sans frontières (RSF) a appelé sur son compte twitter le roi Mohammed VI "à ne pas laisser mourir le journaliste en prison".RSF a aussi signalé sur Twitter le renvoi du procès en appel de l'historien marocain Maati Monjib au 30 septembre, après une brève audience jeudi à Rabat. Selon RSF, c'est pour "avoir formé des journalistes à l'investigation" que ce militant des droits humains a été condamné en première instance à un an de prison ferme pour "fraude" et "atteinte à la sécurité de l'Etat".