Nigeria: un caïd d'un gang de ravisseurs tué par des rivaux

Par AFP

AFRICA RADIO

Un chef de gang ayant dirigé l'enlèvement de centaines d'élèves dans le nord du Nigeria a été tué lors d'un affrontement armé avec un gang rival, ont annoncé samedi à l'AFP un responsable gouvernemental et une source sécuritaire.

Awwalun Daudawa avait rompu récemment un accord d'amnistie passé en février avec les autorités de l'Etat de Zamfara (nord-ouest), après avoir supervisé en décembre pour le compte du groupe islamiste radical Boko Haram le kidnapping de plus de 500 adolescents dans leur pensionnat de Kankara.Certains adolescents avaient pu s'échapper et 344 avaient été libérés après une semaine de captivité à l'issue de négociations, les autorités affirmant n'avoir payé aucune rançon.Les enlèvements de masse dans les écoles se multiplient dans le nord et le centre du Nigeria, oeuvre de groupes islamistes ou de gangs criminels appelés localement "bandits" cherchant à obtenir des rançons ou ayant tissé des liens avec ces groupes armés."Daudawa a été tué vendredi après-midi avec quatre de ses lieutenants, lors d'un affrontement armé avec un gang rival dans la forêt de Dumburum", a indiqué un responsable du gouvernement de Zamfara ayant requis l'anonymat. "Il avait emmené ses hommes en mission de représailles pour venger la mort de deux de ses hommes, tués par un gang rival".Un source sécuritaire a confirmé à l'AFP la nouvelle: "Il est tombé dans une embuscade et a été abattu alors qu'il tentait d'emmener le bétail d'un gang rival".En février, Daudawa, 43 ans, et six de ses hommes s'étaient rendus au gouverneur de Zamfara, s'engageant à cesser leurs agissements criminels en échange d'une amnistie.Mais jeudi un responsable du gouvernement de Zamfara avait confié que le gangster avait rejoint ses hommes mi-avril dans la forêt. Selon des sources proches du dossier, Awwalun Daudawa n'avait remis au moment de sa reddition qu'une fraction de ses armes aux autorités et utilisait depuis les subsides reçus du gouvernement local pour subvenir aux besoins de ses hommes.L'impact de la mort de Daudawa sur les violentes activités des "bandits" qui terrorisent les populations, volent le bétail ou se livrent aux enlèvements crapuleux, n'est pas encore connu.Ancien voleur de bétail, Daudawa s'était reconverti dans le trafic d'armes, notamment entre la Libye, où il a reçu une formation par des jihadistes, et le nord du Nigeria, où il commerçait avec des groupes criminels, ont affirmé des sources de sécurité à l'AFP. Au fil du temps, il a noué une alliance avec Boko Haram, dont il est devenu le marchand d'armes.