RDC: l'armée poursuit ses opérations contre le groupe armé ADF après la prise du QG

Par AFP

AFRICA RADIO

L'armée congolaise a indiqué mardi qu'elle poursuivait ses opérations contre le groupe armé des Forces démocratiques alliées (ADF) après la prise de leur QG près de Beni dans l'est de la République démocratique du Congo, sans le concours des Nations unies.

L'armée doit encore "neutraliser" un dernier chef de cette redoutable organisation avant de dire que "l'histoire des ADF est terminée", a déclaré son porte-parole, le général Léon-Richard Kasonga, dans une conférence de presse à Kinshasa.L'armée poursuit aussi des opérations de "ratissage et de nettoyage" dans les fiefs repris aux ADF dans la région de Beni, a-t-il ajouté."Le 10 janvier, nos forces ont conquis la place appelée Madina, dans la forêt touffue vers la frontière entre la République démocratique du Congo et l'Ouganda", a-t-il rappelé. L'armée avait indiqué samedi qu'elle avait perdu 30 soldats dans la reprise de ce QG des ADF."Sur la liste de six chefs ADF, nous en avons neutralisé de manière définitive cinq. Un seul leader n'est toujours pas neutralisé. Lorsque nous aurons neutralisé ce terroriste, nous serons heureux de dire: l'histoire des ADF est terminée", selon le porte-parole militaire.Le chef ADF actuellement recherché se nomme Baruku, a indiqué à l'AFP une source militaire congolaiseL'armée congolaise revendique la mort de 81 ADF depuis le lancement de son offensive le 30 octobre.Les opérations "ont été menées par les forces armées de la RDC, seules", sans le concours des Casques bleus de la mission de l'ONU en RDC (Monusco), selon le porte-parole militaire.Kinshasa et la Monusco avaient pourtant annoncé des "opérations conjointes" après des manifestations à Beni contre l'inaction des Casques bleus fin novembre.A l'origine, les ADF sont des rebelles musulmans ougandais qui se sont repliés dans l'est de la RDC en 1995.Leur recrutement s'est élargi depuis à d'autres pays et ils se sont mêlés à la population. Ils n'ont pas attaqué les frontières de l'Ouganda voisin depuis des années.Les ADF sont tenus responsables du massacre de plus de 1.000 civils depuis octobre 2014 dans la région de Beni.Quelque 150 civils ont été massacrés en novembre-décembre en représailles aux opérations militaires.