RDC: l'opposition transforme sa marche interdite en bref sit-in à Kinshasa

Par La rédaction

KINSHASA (AFP) - (AFP)

Environ 200 militants de l'opposition en République démocratique du Congo (RDC) ont effectué un bref sit-in, vendredi après-midi, devant le siège de leur parti, après avoir été empêchés de manifester, sans violence, par la police, à la veille du 14e Sommet de la Francophonie.

La foule, formée pour moitié de femmes, a quitté la permanence de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), dans le quartier de Limete (centre de la capitale) quadrillé par les forces de l'ordre.Les manifestants n'ont pu marcher qu'une centaine de mètres, en chantant, pour rejoindre le boulevard Lumumba, une trentaine de policiers leur barrant la route.

Les partisans du chef de l'UDPS, Etienne Tshisekedi, se sont alors assis au milieu de la chaussée.Plusieurs portaient de petits posters à l'effigie de leur leader, qui avait rejeté le résultat des élections contestées du 28 novembre 2011 et s'était autoproclamé "président élu".

"Tshisekedi, le choix du peuple", "le peuple tient à la vérité des urnes", indiquaient des pancartes et des banderoles.D'autres appelaient au départ du président réélu, accusé d'avoir fraudé pour remporter les scrutins.

Samedi, Etienne Tshisekedi doit rencontrer le président français François Hollande en marge du sommet de la Francophonie.L'UDPS a demandé que l'opposant historique de 77 ans soit accompagné à cet entretien par ses militants, ce que redoutent les autorités congolaises et françaises.

Les manifestations de l'UDPS et de ses alliés avaient été interdites et réprimées avant, pendant et après les élections présidentielle et législatives de 2011.