RDC: le parti de Tshisekedi appelle à manifester pour "protéger sa victoire"

Par La rédaction

KINSHASA (AFP) - (AFP)

Le parti de l'opposant Etienne Tshisekedi, l'UDPS, a demandé mercredi "au peuple de protéger sa victoire à travers des manifestations pacifiques et démocratiques" en RD Congo, après l'annonce de la réélection de Joseph Kabila à la présidentielle.

"Se basant sur l'article 26 de la Constitution, qui garantit la liberté de manifester, l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) demande au peuple de protéger sa victoire a travers des manifestations pacifiques et démocratiques", a déclaré Jacquemin Shabani, secrétaire général de l'UDPS, lisant une déclaration à la presse.

Le responsable de l'UDPS n'a donné aucune indication de lieu ni de date pour ces manifestations.

Selon les résultats provisoires annoncés le 9 décembre par la Commission électorale (Céni), Joseph Kabila a obtenu 48,95% des suffrages contre 32,33% à M. Tshisekedi, qui a rejeté "en bloc" ce résultat et s'est autoproclamé "président élu" de la RDC.D'autres candidats ont demandé l'annulation du scrutin.

L'UDPS "réaffirme la victoire" de son leader "tels qu'en témoignent les résultats affichés par différents bureaux de vote à travers toute la RDC et consignés dans des procès verbaux authentiques", a ajouté M. Shabani.

Il a cité différents rapports d'observateurs nationaux et internationaux (Union européenne, Centre Carter..) qui ont déploré le "manque de transparence" ou de "crédibilité" du processus électoral, et constatés des "irrégularités graves".

Le secrétaire général de l'UDPS a "condamné le comportement coupable des représentants de l'opposition au bureau de la Céni qui n'ont pas fait preuve de leur sens du devoir et de responsabilité pour sauvegarder la volonté du peuple clairement exprimée dans les urnes".

Lundi, le président Kabila a reconnu des "erreurs" lors de la présidentielle mais a estimé qu'elles n'invalidaient pas les résultats.

Des violences qui avaient éclaté à Kinshasa après l'annonce de la Céni ont fait au moins cinq morts, selon les autorités.

Mardi et mercredi, la police ou l'armée ont dispersé des "marches pacifiques" organisées par l'opposition à Goma, Bukavu (est) et Lubumbashi, pour protester contre la réélection de Kabila, et qui ont rassemblé quelques centaines de personnes

La Cour suprême doit proclamer ce samedi les résultats officiels de la présidentielle à tour unique du 28 novembre.