Somalie: le PAM envisage un retour dans les zones sous contrôle islamiste

Par La rédaction

NAIROBI (Kenya) (AFP) - (AFP)

Le programme alimentaire mondial (PAM) a affirmé mercredi étudier un retour dans les régions de Somalie contrôlées par les insurgés islamistes shebab, face aux conséquences humanitaires provoquées par les effets conjugués d'une sécheresse gravissime et de conflits permanents.

"Le PAM travaille avec le coordonnateur humanitaire des Nations unies pour étudier toutes les possibilités de revenir - si les conditions le permettent et si toutes les autorisations des Nations unies sont données en matière de sécurité", indique-t-il dans un communiqué.

"Le PAM consultera aussi les gouvernements donateurs pour s'assurer qu'ils acceptent les complexités et le risque liés à une reprise des opérations humanitaires", poursuit-il.

Les insurgés somaliens shebab, affiliés à Al-Qaïda, avaient contraint les groupes humanitaires étrangers au départ il y a deux ans.Mais ils ont eux-mêmes lancé la semaine dernière un appel à l'aide pour les milliers de personnes affectées par la terrible sécheresse qui touche la Somalie.

Le PAM rappelle lui-même avoir quitté début 2010 les zones contrôlées par les insurgés islamistes en raison des "menaces pour la vie" de ses équipes et de "l'imposition de conditions de travail inacceptables, notamment l'imposition de taxes informelles et l'exigence qu'aucune femme ne travaille pour nous là-bas".

Le retrait de l'organisation de ces régions avait privé environ un million de personnes de distribution de nourriture.Le PAM était resté présent à Mogadiscio ainsi que dans le nord et le centre de la Somalie, qui échappent au contrôle des islamistes.

Au cours du seul mois de juin cette année, le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a indiqué que 54.000 Somaliens avaient fui leur pays en raison de la sécheresse et des violences.Au Kenya seul, il estime que la crise humanitaire fait affluer quotidiennement quelque 1.400 personnes dans les camps de Dadaab (est).

Les désastres climatiques et l'état de guerre civile qui frappe le pays depuis le départ du président Mohamed Siad Barre en 1991 font de la Somalie l'un des pays du monde les plus affectés par les crises humanitaires.