Soudan: phase finale des pourparlers de paix entre gouvernement et rebelles

Par AFP

AFRICA RADIO

Le gouvernement soudanais et une coalition de groupes rebelles sont entrés jeudi à Juba dans la phase finale des pourparlers de paix, qui sont désormais centrés sur la création d'une armée unifiée.

Les médiateurs sud-soudanais ont décrit ces nouvelles discussions comme "les plus importantes" du processus de paix, qui vise à ramener la stabilité dans les régions du Darfour, du Nil Bleu et du Kordofan-Sud."C'est le dernier chapitre et le plus important (...) Si nous négocions bien et de bonne foi ces dispositions sécuritaires, nous aurons obtenu un accord de paix global", a déclaré le chef des médiateurs, Tutkew Gatluak, dans la capitale sud-soudanaise Juba.Les négociations sont en cours depuis la mi-octobre à Juba entre le gouvernement de Khartoum et les rebelles qui ont dénoncé pendant des années la marginalisation du Darfour (ouest), du Nil Bleu (sud-est) et du Kordofan-Sud (sud), et combattu les forces de l'ex-président Omar el-Béchir, destitué en avril 2019 par l'armée sous la pression d'un mouvement de contestation populaire inédit.Depuis que le gouvernement de transition est entré en fonction en août, le Premier ministre Abdallah Hamdok a fait de la paix dans ces trois régions sa priorité, après de longues années de conflits ayant fait des centaines de milliers de morts et déplacé des millions de personnes.Les deux camps ont déjà conclu un accord sur le partage du pouvoir et des richesses, ainsi que sur l'autonomie du Nil Bleu et du Kordofan-Sud.Alhadi Idris Yahya, président du Front révolutionnaire soudanais (SRF), une coalition de neuf groupes rebelles, a indiqué que le SRF obtiendrait trois sièges au Conseil souverain, la plus haute instance du pouvoir au Soudan, censée assurer la transition vers un pouvoir civil.Il aurait également 25% des sièges au Parlement et au gouvernement, et les deux parties se sont accordées sur une période de transition de 39 mois après la signature d'un accord de paix global."En fin de compte, l'objectif principal des dispositions sécuritaires est d'avoir ce que nous appelons une armée unifiée soudanaise", a déclaré à l'AFP M. Idris. "Actuellement nous avons plusieurs armées (...) et ce n'est pas une situation idéale dans un pays."Une autre coalition de trois groupes armés actifs au Kordofan-Sud, le Mouvement de libération du peuple du Soudan - Armée/Nord (SPLM-A/N), mène aussi séparément des négociations avec le gouvernement soudanais.Elle réclame une sécularisation de l'État soudanais ou, à défaut, le droit à l'auto-détermination du Kordofan-Sud.