Tchad: le chef de l'ONU "regrette" la violence, demande un "dialogue politique"

Par AFP

AFRICA RADIO

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, "regrette le recours à la violence" au Tchad à l'approche de l'élection présidentielle et réclame aux autorités "de favoriser un dialogue politique" pour un processus inclusif, a déclaré lundi son porte-parole, Stéphane Dujarric.

Après la mort d'au moins trois personnes lors d'une sanglante tentative d'arrestation par l'armée, la veille, d'un candidat de l'opposition, Yaya Dillo Djerou, le chef de l'ONU "exhorte les autorités nationales à mener une enquête rapide et rigoureuse sur cet événement et en établir les responsabilités", a-t-il ajouté lors de son point-presse quotidien.Il "déplore le recours à la force dans le cadre du processus électoral au Tchad. Il exhorte les autorités tchadiennes à favoriser le dialogue politique avant les prochaines élections et à poursuivre leurs efforts pour favoriser un processus politique inclusif", a précisé Stéphane Dujarric.Lundi, le principal opposant au Tchad, Saleh Kebzabo, a retiré sa candidature de la présidentielle du 11 avril en accusant le président Idriss Déby Itno, grand favori pour un sixième mandat, d'intimider ses rivaux par l'usage de la force.Le même jour, quelques blindés et des membres de la garde présidentielle et de la gendarmerie étaient encore positionnés près du domicile de M. Dillo, avait constaté un journaliste de l'AFP.L'accès à internet mobile, quasiment impossible dimanche, était encore fortement perturbé lundi.