Tunisie: le chef des islamistes au pouvoir pour la peine de mort

1er avril 2013 à 14h10 par La rédaction

TUNIS (AFP) - (AFP)

Le chef du parti islamiste au pouvoir en Tunisie, Rached Ghannouchi s'est dit favorable à l'application de la peine de mort, la qualifiant de "loi naturelle" dans un entretien à la chaîne France 24 qui sera diffusé lundi soir, alors qu'aucune exécution n'a eu lieu depuis 1991.

"Nous disons que la peine capitale est une loi naturelle, une âme pour une âme.Et celui qui menace la vie d'autrui doit savoir que sa vie est aussi menacée", a jugé le chef d'Ennahda.

M. Ghannouchi était plus particulièrement interrogé sur le sort qui doit être réservé aux violeurs, après plusieurs faits divers dramatiques, tel le viol répété d'une fillette de trois ans par le gardien de son jardin d'enfants.

"Ce crime (le viol, nldr) doit être sanctionné de la manière la plus sévère et je dirais même oui à la peine capitale", a-t-il déclaré.

"Le viol c'est comme une peine capitale pour une femme et pour toute sa famille", a-t-il encore ajouté.

Si des condamnations à mort sont régulièrement prononcées en Tunisie, un moratoire de fait sur les exécutions est observé depuis 1991.Le viol, l'assassinat, les actes de terrorisme et de complot contre l'Etat sont tous passibles de la peine capitale, selon le code pénal tunisien.

Ennahda, qui dirige le gouvernement tunisien, est régulièrement accusé par l'opposition laïque et les défenseurs des droits de l'homme d'orchestrer une islamisation rampante de la société et notamment de chercher à imposer des principes issus de la charia (loi islamique).