Zimbabwe: 3 ministres arrêtés par la police puis relâchés

Par La rédaction

HARARE (AFP) - (AFP)

Trois ministres d'un parti d'opposition au président zimbabwéen Robert Mugabe qui participaient à un rassemblement dans la ville de Hwange (ouest), ont été arrêtés dimanche, puis relâchés, a indiqué un porte-parole lundi.

Les trois ministres, dont le président du parti d'opposition, le MDC-N, ainsi que 18 responsables de ce parti ont été détenus après avoir assisté à une réunion politique, a indiqué Kurauone Chihwayi, porte-parole du MDC-N, une formation issue d'une scission du Mouvement pour le changement démocratique (MDC).

"Ils n'ont pas été inculpés.Ils venaient d'un meeting que la police estimait illégal.(...) Ils ont été relâchés à minuit sans qu'aucune charge ne soit retenue contre eux", a ajouté M. Chihwayi.

Les responsables du parti ont été arrêtés à un barrage routier, puis détenus au poste de police de Hwange, selon lui.

La police zimbabwéenne n'était pas joignable pour commenter l'incident lundi matin.

Les partis politiques, syndicats et organisations de la société civile n'ont pas le droit d'organiser des réunions de plus de quatre personnes sans avoir obtenu l'autorisation préalable d'un officier supérieur de la police.

Les opposants à Robert Mugabe accusent la police, qui lui est dévouée, d'utiliser cette loi sécuritaire pour entraver le fonctionnement de leurs formations.

Le MDC de Morgan Tsvangirai et le MDC-N sont associés à Robert Mugabe depuis 2009 dans un fragile gouvernement d'unité nationale, ce qui n'empêche pas des ministres des deux formations de se retrouver régulièrement derrière les barreaux.