Sénégal : " C'est un coup d'état institutionnel"

Alioune Sall est député des Sénégalais de la Diaspora, représentant du Pastef en France, parti d'opposition d'Ousmane Sonko. Il était l'invité d'Africa radio mardi 6 février 2024 à 07h45

as

6 février 2024 à 8h41 par Nadir Djennad

Au Sénégal, le Parlement a adopté dans une grande confusion hier soir le projet de loi visant à repousser la présidentielle, initialement prévue le 25 février, au 15 décembre 2024.

La loi a été adoptée, a indiqué le président de l'Assemblée nationale, après que plusieurs députés de l'opposition faisant obstruction au vote ont été évacués manu militari par la gendarmerie.

Elle a été votée à l'unanimité par les 105 députés présents dans la salle, en l'absence de ceux de l'opposition. Le président Macky Sall restera dans ses fonctions jusqu'à l'installation
de son successeur, précise une autre disposition de la loi.

Pour Alioune Sall, il s'agit d'un coup d'état institutionnel.

Alioune Sall