Soudan: 48 morts "par balles" au Darfour dans des affrontements tribaux (responsables)

Par AFP

AFRICA RADIO

Au moins 48 personnes ont été tuées "par balles" dans un nouveau conflit tribal au Darfour, rapportent lundi un syndicat de médecins et le gouverneur du Darfour-Ouest, second épisode meurtrier en trois semaines dans cette région de l'ouest du Soudan.

"Les violences ont débuté par une dispute et elles ont gagné en puissance, tuant six personnes samedi, puis dimanche, plus de quarante personnes ont été tuées", a rapporté à l'AFP le gouverneur Khamis Abdallah. De son côté, le Comité des médecins, un syndicat pro-démocratie, a fait état de "48 morts par balles" dans la région de Krink. Ces affrontements, qui ont opposé des membres de tribus arabes et d'autres de tribus issues d'ethnies africaines, ont été d'une intensité telle que les autorités ont dépêché des troupes gouvernementales sur place. "Les affrontements de dimanche ont duré sans interruption de cinq heures du matin à seize heures", a rapporté le gouverneur Abdallah. Déjà, le 17 novembre, des affrontements entre éleveurs s'accusant de vol de chameaux avaient causé 50 morts et l'incendie de 594 habitations, selon l'ONU. En outre, plus de 6.600 Soudanais avaient été forcés de se déplacer, pour un tiers au Tchad voisin, ajoute l'ONU. L'accès des humanitaires au Darfour-Ouest est "restreint" alors que les habitants ont besoin "de nourriture, d'abris et d'accès à l'eau et à des services de santé", souligne l'ONU. Le Darfour, vaste région régulièrement secouée par des heurts, notamment provoqués par des disputes territoriales ou les difficultés d'accès à l'eau, a connu une longue guerre qui a fait depuis 2003 au moins 300.000 morts et 2,5 millions de déplacés selon l'ONU. La Cour pénale internationale (CPI) exige de juger le dictateur chassé en 2019 Omar el-Béchir pour "génocide" et crimes contre l'humanité pendant la guerre au Darfour. Les miliciens arabes Janjawid, envoyés par le pouvoir de Béchir contre les différents groupes ethniques du Darfour, sont également accusés de "nettoyage ethnique" et de viols. Depuis, des milliers d'entre eux ont été intégrés aux Forces de soutien rapide (FSR) du général Mohammed Hamdane Daglo, désormais numéro deux de la plus haute autorité de la transition au Soudan. En outre, plusieurs ex-chefs rebelles du Darfour ont intégré le nouveau pouvoir post-Béchir après avoir signé la paix avec Khartoum en octobre 2020. Malgré cela, en 2021, alors que militaires et civils de la mission de paix conjointe de l'ONU et de l'Union Africaine (Minuad) se retiraient, des affrontements tribaux et des attaques de milices ont de nouveau fait des centaines de morts, essentiellement au Darfour-Ouest.