Tigré: retrait d'une ville-clé de forces pro-gouvernementales, Paris et Berlin appellent à rendre justice

AFRICA RADIO

12 janvier 2023 à 21h51 par AFP

L'armée éthiopienne a annoncé jeudi le retrait d'une force régionale pro-gouvernementale d'une ville stratégique du Tigré, conformément à l'accord de paix, au moment où les responsables de la diplomatie allemande et française encourageaient Addis Abeba à rendre justice aux victimes de la guerre.

Addis Abeba (AFP)

Il s'agit d'une étape importante de l'accord de paix signé en novembre entre Addis Abeba et les rebelles tigréens pour mettre un terme à un conflit meurtrier de près de deux ans. 

Ce retrait des forces Amhara intervient, a précisé l'armée, après que les rebelles tigréens ont commencé à rendre leurs armes lourdes.

Cet accord prévoit en effet que les forces étrangères et celles ne faisant pas partie de l'armée se retirent du Tigré "simultanément" au désarmement des forces rebelles. 

Les habitants et les travailleurs humanitaires ont rapporté la présence des forces Amhara et des troupes érythréennes dans Shire comme dans d'autres régions de Tigré, les accusant de meurtres, viols et pillages. 

Cette nouvelle étape dans l'application de l'accord de paix intervient lors de la visite conjointe en Ethiopie des responsables de la diplomatie de l'Allemagne et de la France. 

- "pas de paix durable sans justice" -

"Il n’y a pas de paix durable sans justice, pas plus en Éthiopie qu'ailleurs, mais pas moins non plus, c'est une des conditions de la paix durable que de faire la justice", a prévenu la cheffe de la diplomatie française, Catherine Colonna, lors d'une conférence de presse à Addis Abeba.

Son homologue allemande, Annalena Baerbock, a abondé dans ce sens: "il est important que les crimes soient jugés", soulignant que les femmes avaient particulièrement souffert d'exactions et de viols pendant ces deux années de conflit qui ont opposé les rebelles du Tigré aux forces éthiopiennes soutenues par l'Erythrée.

Les deux cheffes de la diplomatie, arrivées jeudi pour une visite de deux jours en Ethiopie, s'exprimaient aux côtés du vice-Premier ministre éthiopien et ministre des Affaires étrangères, Demeke Mekonnen.Ce dernier a promis qu'Addis Abeba ferait le nécessaire pour ne pas laisser les crimes impunis. 

En échange de ces efforts, Demeke Mekonnen a insisté sur les besoins d'aides financières de son pays."Il est temps que nos partenaires soutiennent ce pays", a-t-il déclaré.

Les deux cheffes de la diplomatie avaient rencontré dans la matinée le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed.Elles doivent encore s'entretenir vendredi avec des représentants de l'Union Africaine et des défenseurs des droits de l'Homme.

Elles ont également visité un centre de distribution du Programme alimentaire mondial (PAM) pour constater la mise en oeuvre d'un don ukrainien de 50.000 tonnes de blé à l'Ethiopie et la Somalie, dont Paris et Berlin ont financé l'acheminement à hauteur de 14 millions d'euros chacun.

- "Arme" des céréales -

Mmes Baerbock et Colonna ont à cette occasion fustigé l'action du président russe Vladimir Poutine qui, selon elles, utilise "les céréales comme une arme de guerre".L'Ukraine, l'un des greniers à blé du monde, n'a pas été en mesure d'acheminer pendant des mois ses céréales vers des pays comme l'Ethiopie, en raison de l'invasion russe.

La guerre fratricide au Tigré a déplacé plus de deux millions d'Ethiopiens et plongé des centaines de milliers de personnes dans des conditions proches de la famine, accentuée par la pire sécheresse qu'a connu la région depuis des décennies.

Après l'accord de paix, l'acheminement de l'aide humanitaire a repris progressivement et les services de base (électricité, banque, transport...) sont lentement restaurés.

Mais des habitants et des travailleurs humanitaires de diverses parties du Tigré ont affirmé récemment à l'AFP que pillages et persécutions se poursuivaient dans la région.

Et un haut responsable américain a appelé jeudi l'Ethiopie à en faire plus pour permettre un accès humanitaire sans entrave au Tigré."Il y a encore des défis considérables.Il y a toujours des lenteurs bureaucratiques", a relevé le responsable qui s'exprimait devant des journalistes sous couvert d'anonymat.

"Cela ne correspond simplement pas à l'accès humanitaire sans entrave dont nous avons tant besoin", a-t-il dit, en soulignant qu'une aide humanitaire avait pu parvenir à quelque 1,5 million de personnes sur les 5,2 millions qui ont besoin d'une assistance internationale.

La corne de l’Afrique, et l’Ethiopie en particulier, font partie des partenaires prioritaires pour l’UE, alors que la Chine avance ses pions dans la région, comme l'a illustré la visite en début de semaine à Addis Abeba du ministre chinois des Affaires étrangères, Qin Gang. 

Mme Baerbock a profité de la conférence de presse commune avec ses homologues français et éthiopien pour envoyer une pique à Pékin, évoquant "d'autres pays qui veulent faire de l'Afrique un marché pour les matières premières et les fournisseurs".