Un Casque bleu pakistanais tué dans l'est de la RDC

AFRICA RADIO

1er octobre 2022 à 16h21 par AFP

Un Casque bleu pakistanais a été tué dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC) lors d'une attaque menée par une milice locale contre un camp des soldats de la paix, a-t-on appris samedi de sources officielles.

Le Casque bleu a été tué par balle vendredi soir par des miliciens présumés du groupe Twirwaneho qui s'étaient présentés au camp de la Monusco à Minembwe, dans la province du Sud-Kivu, prétendument pour se rendre, selon un communiqué de la mission des Nations unies en RDC (Monusco). Sur Twitter, le porte-parole du gouvernement congolais, Patrick Muyaya, a condamné cette attaque "avec la dernière énergie" et précisé que le Casque bleu tué était pakistanais. "Les attaques contre les Casques bleus peuvent constituer un crime de guerre", a souligné la Monusco. Selon un porte-parole de l'armée congolaise, le lieutenant Jérémie Meya, les assaillants ont tiré sur la victime "à bout portant". Le casque bleu "est mort sur le coup et ils se sont enfuis et ont disparu après leur crime", a-t-il dit à l'AFP. L'attaque contre la base de la Monusco à Minembwe survient dans un climat de défiance vis-à-vis des soldats de l'ONU dans l'est de la RDC. Vendredi, l'émissaire de l'ONU en RDC a dénoncé devant le Conseil de sécurité des Nations unies les récentes violences contre la mission onusienne dans le pays, visée par "des manipulations et des stigmatisations". "Au cours des derniers mois, dans le sillage de la résurgence du [mouvement rebelle] M23, la crise de confiance que connaissaient déjà la mission et la population congolaise dans l'est du pays s'est détériorée", a déclaré Bintou Keita, également cheffe de la Monusco. En juillet, 32 manifestants et quatre Casques bleus avaient été tués au cours d'une semaine de contestation contre la présence de la Monusco, dont plusieurs bases avaient été pillées, selon un bilan de source congolaise. La milice Twirwaneho fait partie de la centaine de groupes armés qui entretiennent dans l'est de la RDC une insécurité permanente qui a fait plusieurs milliers de morts depuis une dizaines d'années. Cette milice prétend défendre les intérêts de la communauté banyamulenge, une minorité tutsi congolaise. L'ONU est déployée en RDC depuis 1999 et dispose à l'heure actuelle d'un contingent de quelque 16.000 militaires et policiers.