Washington sanctionne les responsables soudanais entravant la transition démocratique

AFRICA RADIO

7 décembre 2022 à 16h36 par AFP

Les Etats-Unis ont déclaré mercredi interdire l'octroi de visas à tous les actuels et anciens responsables soudanais qui entravent la transition démocratique, afin d'encourager les négociations pour un accord entre civils et militaires, dont un premier accord-cadre de sortie de crise a été signé lundi.

"Ayant conscience de la fragilité des transitions démocratiques, les Etats-Unis tiendront pour responsables ceux -- qu'ils soient militaires ou acteurs politiques -- qui tentent de saper ou retarder les progrès vers la démocratie", a affirmé le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken dans un communiqué. L'interdiction s'appliquera aussi à la famille proche des actuels ou anciens responsables soudanais visés par la mesure, dont la diplomatie américaine n'a pas fourni la liste. Les Etats-Unis étendent ainsi les restrictions en matière de visas déjà imposées lors de la première phase de la transition démocratique au Soudan. M. Blinken a aussi fait part du soutien américain à l'accord-cadre de sortie de crise conclu lundi entre civils et militaires soudanais, que certains manifestants pro-démocratie ont toutefois considéré comme trop vague et ne fixant que peu d'échéances quant à la transmission effective du pouvoir depuis le putsch d'octobre 2021. "Nous appelons à nouveau les dirigeants militaires soudanais à céder le pouvoir aux civils, respecter les droits humains et mettre fin à la violence contre les manifestants", a ajouté Anthony Blinken. "Nous exhortons en même temps les représentants des dirigeants civils soudanais à négocier en toute bonne foi et à placer l'intérêt du pays en premier." Le dictateur Omar el-Béchir, au pouvoir pendant près de trois décennies, a été évincé en avril 2019 à la suite de manifestations massives, mais le chef de l'armée, Abdel Fattah al-Burhan, a fait dérailler la transition démocratique en octobre dernier en menant un coup d'État militaire. Après ce putsch, Washington a suspendu une aide économique de 700 millions de dollars qui était censée accompagner le Soudan durant la transition.