Forum Investir en Afrique 2024

Algérie: le journal Liberté publie son dernier numéro

Le quotidien francophone algérien Liberté, créé il y a 30 ans, a publié jeudi son dernier numéro, une semaine après que son propriétaire, le richissime homme d'affaires Issad Rebrab, a décidé de le liquider.

AFRICA RADIO

14 avril 2022 à 12h36 par AFP

La une du journal s'apparentait à un faire-part de décès, barré d'un trait noir et avec la manchette "Merci et au revoir" en rouge. "Après 30 ans d'une aventure intellectuelle, Liberté s'éteint", écrit-il en première page. "Le rideau est tombé sur Liberté, notre journal, votre journal, qui a porté trente ans durant les idéaux de la démocratie et de liberté et constitué le porte-voix de l'Algérie qui avance", ajoute-t-il. Le célèbre caricaturiste du journal, Ali Dilem, a signé lui aussi son dernier dessin dans le quotidien avec une caricature représentant un cercueil en bois portant le nom de Liberté sur lequel est posé un marteau et un clou, sous le titre "le dernier bouclage". "Aux concitoyens et amis du journal ayant exprimé leur souhait de voir sa parution se poursuivre et à ceux n'en ayant pas compris les motifs (de sa fermeture, ndlr), je confirme que sa situation économique ne lui permet qu'un court et vain sursis", a explique M. Rebrab, dans une déclaration publiée dans le journal. Issad Rebrab, patron du group Cevital, est le deuxième homme le plus riche du monde arabe, selon le magazine Forbes qui estime sa fortune à 3,8 milliards de dollars (3,5 milliards d'euros). Révélant dans les colonnes du journal qu'il prenait "enfin une retraite effective", il précisé que le fermeture de Liberté était "le souhait" de ses successeurs à la tête de Cevital. Après avoir connu l'euphorie lors de l'ouverture du paysage médiatique au secteur privé à la fin des années 1980, l'Algérie a vu disparaître ces vingt dernières années des titres comme Le Matin, La Tribune ou l'hebdomadaire la Nation, faute de revenus publicitaires et en raison d'une chute de leurs ventes. La fermeture de Liberté survient dans un climat difficile pour la presse algérienne, avec une dizaine de journalistes poursuivis ou condamnés, notamment pour diffamation d'hommes politiques ou en raison de publications sur les réseaux sociaux.