Blinken au Niger, alors que l'influence occidentale s'érode en Afrique de l'Ouest

AFRICA RADIO

16 mars 2023 à 12h36 par AFP

Après une première étape en Ethiopie, le secrétaire d'Etat Antony Blinken se rend jeudi au Niger, pays salué par les Occidentaux comme un succès démocratique dans une Afrique de l'Ouest où ils entendent contrer l'influence russe croissante.

Addis Abeba (AFP)

M. Blinken est le premier chef de la diplomatie américaine à se rendre dans l'ancienne colonie française, base militaire-clé pour les forces occidentales dans leur lutte contre les jihadistes au Sahel.

Le secrétaire d'Etat, attendu à la mi-journée à Niamey, devrait annoncer davantage de soutien américain au Niger, pays enclavé qui est l'un des plus pauvres de la planète.

Mercredi, en Ethiopie, M. Blinken a affirmé que ses déplacements dans les deux pays étaient parties intégrantes de l'engagement du président Joe Biden à être "à fond pour l'Afrique avec l'Afrique".

"Cela signifie que les Etats-Unis sont attachés à des partenariats profonds, réactifs et authentiques sur le continent", a expliqué M. Blinken.

L'administration Biden souhaite s'engager davantage pour y contrer les influences croissantes de la Chine et - plus récemment - de la Russie.

Le Mali, pays frontalier à l'ouest du Niger, s'est rapproché de la Russie, avec notamment la présence de mercenaires du groupe paramilitaire russe Wagner, et Bamako a rompu l'alliance militaire avec la France et ses partenaires.

En février, le Mali était l'un des six pays à avoir soutenu la Russie en votant contre une résolution de l'Assemblée générale de l'ONU exhortant Moscou à se retirer de l'Ukraine, à l'occasion de l'anniversaire de l'invasion.

Le Niger est depuis devenu un allié essentiel des efforts militaires français en Afrique de l'Ouest, avec 1.000 soldats qui y sont stationnés.

Les Etats-Unis ont également construit et exploitent la Base aérienne 201 au centre de ce pays désertique, utilisée pour piloter des drones destinés à attaquer et surveiller des jihadistes.

- "Faire ce qu'il faut" -

L'histoire du Niger indépendant a été marquée depuis 1974 par une série de coups d'Etat dont le dernier a eu lieu en 2010.Le pays a retrouvé la stabilité en 2011 après l'élection de Mahamadou Issoufou qui s'est retiré en 2021 après l'élection de Mohamed Bazoum, première passation de pouvoir pacifique entre deux présidents élus.

L'action du président Bazoum a été saluée à Washington, notamment lors d'un sommet des dirigeants africains organisé par Joe Biden dans la capitale américaine en décembre.

Une haute responsable américaine voyageant avec M. Blinken a déclaré que ce déplacement visait à soutenir les efforts du président Bazoum qui critique l'action du groupe Wagner.

"Nous pensons qu'ils font les bons choix pour faire face aux types de menaces communes à travers le Sahel.Nous essayons donc de mettre en évidence un exemple positif", a déclaré cette responsable, poursuivant que Washington souhaitait aider Niamey à "professionnaliser" ses forces armées.

"Franchement, le Niger est dans une position très difficile" a-t-elle poursuivi, mais "malgré tous ces défis, les autorités essaient vraiment de faire ce qu'il faut."

- Établir les responsabilités -

Antony Blinken a eu jeudi des pourparlers à Addis Abeba, capitale éthiopienne et siège de l'Union africaine (UA), avec les dirigeants de l'organisation continentale, dans le cadre des efforts de l'administration Biden pour faire preuve d'égards envers la région et éviter les perceptions d'un rôle autoritaire des Etats-Unis.

L'UA a négocié l'accord de paix signé à Pretoria en novembre 2022, qui a mis fin à deux ans de conflit meurtrier au Tigré, dans le nord de l'Ethiopie, mais les Etats-Unis ont joué un rôle crucial auprès des belligérants, soulignent des sources diplomatiques.

Antony Blinken, après des entretiens mercredi avec le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed et Getachew Reda, un haut dirigeant des autorités du Tigré qui contestaient le pouvir fédéral, a déclaré que l'accord de paix tenait largement.

Mais il a également lié la reprise du partenariat économique des Etats-Unis avec l'Ethiopie à l'établissement des responsabilités dans les atrocités perpétrées durant la guerre, lors de laquelle les Etats-Unis estiment que quelque 500.000 personnes ont péri, plus qu'en Ukraine depuis l'invasion russe.

Autrefois considéré par Washington comme un symbole d'une nouvelle génération de dirigeants africains progressistes, M. Abiy, prix Nobel de la paix en 2019 pour avoir mis fin à 20 ans de guerre ouverte ou larvée avec l'Erythrée voisine, est passé depuis le conflit au stade de quasi-paria.

Le ministre des Finances éthiopien Ahmed Shide a déclaré que le gouvernement souhaitait un "dialogue national inclusif" pour répondre aux griefs, soulignant que "des mécanismes de justice transitionnelle sont actuellement aussi mis en place pour garantir la justice et l'établissement des responsabilités, afin de mettre fin à la violence perpétuelle et à l'impunité".

M Blinken a par ailleurs annoncé mercredi une aide humanitaire de 331 millions de dollars pour aider les populations touchées par les violences et la sécheresse.