Burkina: au moins 59 personnes tuées dans une explosion sur une mine artisanale

AFRICA RADIO

22 février 2022 à 7h51 par AFP

L'explosion d'un stock de dynamite sur un site d'or artisanal a tué au moins 59 personnes dans la région du sud-ouest du Burkina Faso, un lourd bilan dans ce pays sahélien pauvre.

Ouagadougou (AFP)

Au moins cinquante-cinq personnes ont été tuées et autant de blessées lundi dans l'explosion d'un stock de dynamite sur un site artisanal d'extraction d'or dans le sud-ouest du Burkina Faso, ont annoncé à l’AFP des sources provinciale et médicale. 

L’accident s’est produit lundi après-midi sur le site d'orpaillage de Gomgombiro (sud-ouest).

"Nous avons 55 corps sur le site", a déclaré le Haut-commissaire de la province du Poni Antoine Marie Sylvanus Doamba, qui s'est rendu sur les lieux du drame. 

Une source hospitalière a elle aussi fait état de 55 morts et dit avoir recensé au moins 55 blessés, dont des femmes et des enfants.

"Le bilan pourrait s’alourdir puisque des blessés se trouvent toujours dans un état critique et leur pronostic vital est sérieusement engagé", a-t-elle précisé. 

La télévision nationale du Burkina Faso a de son côté annoncé un bilan provisoire de 59 morts.

"Les victimes ont été tuées par une explosion occasionnée par un incendie sur une zone d'entreposage de bâtons de dynamites de contrebande" qui fait aussi "office de marché sur le site d'orpaillage", a expliqué un habitant de Gomgombiro.

Il a décrit des "scènes d'horreur", des arbres déracinés ou calcinés et un "large cratère" sur les lieux du drame.

Selon une source judiciaire, le procureur du Faso s'est rendu sur les lieux pour les constatations d'usage, et "une enquête à été ouverte pour déterminer les circonstances" du drame. 

Vendredi, deux personnes ont été tuées dans un éboulement survenu dans un site d’or artisanal dans le village de Kollo, dans le sud du pays. 

Malgré l'interdiction de l'orpaillage, provoquant régulièrement des éboulements meurtriers, les autorités peinent a contrôler l'exploitation sauvage de l'or, exercée par 1,2 million de personnes, selon des chiffres officiels.

Bien qu'en baisse, la production d’or est devenue en une douzaine d'années le premier produit d’exportation du Burkina Faso, dont le principal produit d'exportation était auparavant le coton. 

Le secteur aurifère officiel compte quelque 15.000 emplois directs et 50.000 emplois indirects.Mais le sous-secteur artisanal, aussi appelé orpaillage, emploie 1,5 million de personnes, et génère une production annuelle supplémentaire d'environ 10 tonnes d'or, selon le ministère des Mines.

Dans le sillage du Mali et du Niger, le Burkina Faso est pris depuis 2015 dans une spirale de violences attribuées à des mouvements jihadistes, affiliés à Al-Qaïda et au groupe Etat islamique, qui ont fait plus de 2.000 morts dans le pays et contraint au moins 1,5 million de personnes à fuir leurs foyers.

Le Burkina Faso a été suspendu des instances de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédeao) et de l'Union africaine, sans autres sanctions pour l'instant après que le lieutenant-colonel Damiba, 41 ans eut pris le pouvoir le 24 janvier à Ouagadougou après deux jours de mutineries dans plusieurs casernes du pays, renversant le président élu Roch Marc Christian Kaboré, accusé notamment de pas avoir réussi à contrer la violence jihadiste qui frappe le Burkina depuis près de sept ans.

Il a mis en place une junte appelée Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) qui a pour priorité "la sécurité".