Egypte: Washington demande une "enquête crédible" sur la mort de l'économiste Hadhoud

AFRICA RADIO

2 mai 2022 à 21h51 par AFP

Les Etats-Unis ont réclamé lundi une enquête "crédible" sur la mort en détention de l'économiste Ayman Hadhoud en Egypte, déplorant un "pas en arrière scandaleux" en matière de droits humains.

Cet économiste quadragénaire est décédé début mars dans un hôpital psychiatrique du Caire. Les autorités l'avaient d'abord arrêté en l'accusant de violences puis l'avaient interné, officiellement pour "troubles schizophrènes". L'autopsie officielle évoque un décès dû à une "maladie cardiaque chronique" et le parquet a écarté en avril "toute piste criminelle". Mais le frère du défunt, Omar Hadhoud, a affirmé réfuter ces conclusions, soulignant que la famille n'avait été notifiée du décès qu'un mois après sa mort. Des organisations de défense des droits humains ont évoqué l'hypothèse d'une "disparition forcée" et de "tortures". "Nous sommes profondément troublés par les informations au sujet de la mort en détention du chercheur égyptien Ayman Hadhoud, et des accusations de torture", a déclaré lundi le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price devant la presse. "Les circonstances de son arrestation, de son traitement, de sa mort nécessitent selon nous sans délai une enquête crédible, transparente et approfondie", a-t-il affirmé. "Nous exhortons le gouvernement égyptien à faire des progrès dans la protection des droits humains", a-t-il plaidé, assurant que de telles avancées permettraient aussi d'améliorer les relations entre Washington et Le Caire. L'Egypte, plus peuplé des pays arabes avec 103 millions d'habitants, compte 60.000 prisonniers d'opinion selon les organisation de défense des droits humains. Ayman Hadhoud était chargé des questions économiques au sein du parti libéral de la réforme et du développement de Mohamed el-Sadate, député et neveu du président assassiné Sadate qui a récemment négocié la libération de nombreux militants en Egypte. Le président Abdel Fattah al-Sissi a en outre gracié fin avril des milliers de prisonniers, parmi lesquels le journaliste Hossam Moniss, emprisonné pour "diffusion de fausses nouvelles". "De la même manière que nous exprimons notre trouble quand il y a des pas en arrière scandaleux et importants comme dans ce cas" d'Ayman Hadhoud, "nous saluons aussi quand il y a des pas positifs", a souligné Ned Price. "Nous saluons les informations sur la libération par l'Egypte" de "dizaines de prisonniers politiques et journalistes", a-t-il ajouté, appelant à "d'autres libérations et grâces".