Forum Investir en Afrique 2024

Ghana: les mines illégales menacent les forêts, selon Accra

Les activités minières clandestines, très répandues au Ghana, détruisent les forêts du pays ouest-africain riche en or, a averti mardi l'agence gouvernementale en charge de la forêt lors d'une conférence de presse à Accra.

AFRICA RADIO

3 mai 2023 à 17h36 par AFP

Le Ghana et l'Afrique du sud se disputent la place de premier producteur d'or d'Afrique. L'industrie minière au Ghana implique à la fois de gros acteurs mondiaux mais aussi des activités minières artisanales, dont de nombreuses illégales. Depuis son entrée en fonction en 2017, le président ghanéen Nana Akufo-Addo a promis de débarrasser le pays du "galamsey", nom donné par les locaux à ces mines illégales où des accidents meurtriers se produisent fréquemment. "Sur les 16 régions du Ghana, sept ont été touchées par des activités minières illégales", a affirmé le directeur de la Commission forestière du Ghana, John Allotey. En outre, "34 des 288 réserves (forestières) ont été affectées", selon lui, et la surface totale des zones détruites est estimée à 4.726 hectares (plus grande que des villes comme Athènes ou Bruxelles). Les activités minières clandestines ne réduisent pas seulement la taille des forêts, mais polluent également les cours d'eau et créent des trous profonds qu'il est ensuite difficile de remettre en état, a-t-il ajouté. Les autorités lancent régulièrement des opérations contre les sites illégaux, en enlevant notamment les excavateurs, mais la pratique se poursuit. "Nous voulons intensifier la surveillance, faire appel à l'armée pour mener des opérations dans les zones sensibles et trouver des financements supplémentaires", a déclaré M. Allotey. Le Ghana a "révisé les lois, mis en place des mesures et des systèmes pour garantir que nos forêts sont bien protégées, mais malgré tout, nos forêts continuent d'être détruites", a déploré auprès de l'AFP l'environnementaliste ghanéen Nehemiah Odjer-Bio, des Amis de la Terre. Selon lui, l'application insuffisante de la loi, la corruption et le chômage alimentent les activités de déforestation, alors que "le Ghana possède une forêt tropicale riche en biodiversité, avec différentes espèces d'arbres et d'animaux qui remplissent toutes des fonctions importantes pour le pays et le monde". Outre l'exploitation minière clandestine, le principal facteur de déforestation au Ghana est l'expansion des zones agricoles, mais aussi l'exploitation forestière illégale, les incendies de forêt, le sur-pâturage et le développement des infrastructures.