Israël n'a "aucune objection" au transfert d'îlots clés à l'Arabie saoudite (sources proches du dossier)

AFRICA RADIO

14 juillet 2022 à 21h21 par AFP

Israël n'a "aucune objection" au transfert de deux îlots stratégiques en mer Rouge à l'Arabie saoudite, considéré comme un prérequis à un éventuel processus de normalisation entre ces deux pays, ont déclaré à l'AFP des sources proches du dossier.

Le président américain Joe Biden, qui réalise actuellement sa première tournée au Moyen-Orient, a rencontré mercredi et jeudi des dirigeants israéliens à Jérusalem et doit effectuer vendredi un vol officiel inédit de l'Etat hébreu à l'Arabie saoudite. Israël et l'Arabie saoudite pourraient régler au cours de la visite de M. Biden la question de la rétrocession à Ryad des îlots de Tiran et de Sanafir, actuellement aux mains de l'Egypte et qui permettent de contrôler l'accès au port israélien d'Eilat. Les autorités égyptiennes avaient déjà donné le feu vert à cette rétrocession mais celle-ci doit aussi être approuvée par Israël en vertu des accords de paix de 1979 entre ces deux pays. Or, dans la nuit de jeudi à vendredi, à quelques heures du vol de Joe Biden, de hauts responsables proches du dossier ont déclaré à l'AFP que l'Etat hébreu "n'avait aucune objection" à la rétrocession de ces deux îlots. Israël avait dit mardi espérer un "début" de normalisation des relations avec l'Arabie saoudite à l'occasion de la visite ce week-end du président américain dans cette monarchie arabe du Golfe et puissance régionale. "Le fait que le président Biden vole directement en Arabie saoudite résume la dynamique des derniers mois. Il y a une relation délicate, fragile, nouvelle, à plusieurs égards. Nous espérons (...) qu'il s'agisse des premiers pas, du début, d'un processus de normalisation", avait déclaré mardi à la presse un haut responsable israélien ayant requis l'anonymat. Israël, qui a signé des traités de paix avec l'Egypte (1979) et la Jordanie (1994), a normalisé ses relations en 2020 avec notamment les Emirats arabes unis et Bahreïn dans le cadre des "Accords d'Abraham" et espère ajouter l'Arabie saoudite à cette liste. Dans le contexte d'un feu vert israélien à la rétrocession des îlots de Tiran et de Sanafir, l'Arabie saoudite pourrait permettre à des avions israéliens de survoler son espace aérien, voire des vols charters entre les deux pays pour faciliter l'accès au pèlerinage à La Mecque, aux musulmans d'Israël, ont suggéré de hauts responsables sans confirmer ces mesures.