Le FMI va débloquer 310 millions USD pour le Rwanda

AFRICA RADIO

7 octobre 2022 à 15h21 par AFP

Le Rwanda va recevoir 310 millions de dollars de la part du Fonds monétaire international (FMI) dans le cadre de son nouvel instrument destiné à aider les pays en développement et à faibles revenus à s'adapter aux conséquences du réchauffement climatique, a annoncé vendredi l'institution.

L'accord comprend la mise en place d'un nouvel instrument de coordination de sa politique économique (PCI) qui intègre les conditions à remplir dans le cadre du financement, pour une durée de trois ans. Ce nouveau fonds fiduciaire pour la "résilience et la durabilité" (RST en anglais) permet au FMI d'accorder un financement à long terme, et peu cher, afin d'aider les Etats bénéficiaires à mettre en place les politiques nécessaires pour affronter le changement climatique ou les pandémies. Il peut s'agir d'un financement jusqu'à 20 ans, avec une période de grâce (période pendant laquelle le pays ne commence pas à rembourser) pouvant atteindre plus de 10 ans. L'accord doit être encore validé par le conseil d'administration "dans les prochaines semaines", a précisé le communiqué. Le Rwanda est le premier pays africain à bénéficier d'un aide dans le cadre du RST, lancé en mai dernier. Deux pays américains, le Costa Rica et l'île de la Barbade ont également trouvé un accord avec le FMI pour en bénéficier. "Le Rwanda dispose d'un bilan solide en termes de réformes économiques et est très avancé dans la mise en place d'une stratégie climat. Ce nouveau PCI, combiné avec les fonds du RST, doit permettre de soutenir les autorités dans leurs efforts de stabilisation macroéconomique (...) et d'adaptation au changement climatique", selon le FMI. Le pays devrait atteindre une croissance de 6,8% pour 2022, malgré le contexte économique mondial compliqué, mais reste confronté à une inflation élevée, les prix alimentaires ayant progressé de 15,9% en août. "Le Rwanda reste vulnérable aux chocs extérieurs. Les prix de l'énergie et alimentaires élevés vont continuer à nourrir l'inflation et affaiblir ses réserves", a cependant souligné Haimanot Teferra, responsable de l'équipe du FMI qui s'est rendue sur place du 26 septembre au 7 octobre.