Le vice-président de la FIDH "arrêté" et "expulsé" de Djibouti, dénonce la fédération

La Fédération internationale pour les droits humains (FIDH) dénonce mardi l'arrestation puis l'expulsion de Djibouti de son vice-président et le refoulement d'une chargée de programme au cours des deux derniers jours, exigeant des "explications" aux autorités de ce pays.

AFRICA RADIO

14 mars 2023 à 15h36 par AFP

L'objectif de la mission de ces deux personnes étaient "de faire un état des lieux" de la situation des défenseurs des droits humains dans ce pays de la Corne de l'Afrique, selon un communiqué commun de la FIDH et la Ligue djiboutienne des droits humains (LDDH). Dimanche soir, une chargée de programme "en mission pour la FIDH et munie d'un visa valide, se présente au contrôle frontière de l'aéroport de Djibouti. Refusant de lui donner la moindre raison, des policiers l'empoignent par les bras et l'obligent à embarquer dans un avion en partance pour Istanbul", dénonce le communiqué. Samedi, Me Alexis Deswaef, vice-président de la FIDH, "également membre de la mission et en possession d'un visa valide, était entré sur le territoire sans problème", selon le communiqué. Mais lundi, "après 48 heures de mission dans des conditions rendues compliquées par une filature" des services de sécurité, M. Deswaef "a été arrêté à son hôtel avant d'être conduit à l'aéroport et placé dans un avion pour la capitale de l'Éthiopie". "Aucun motif ni aucune notification de cette démarche" ne lui ont été communiqués et il s'est vu "confisquer" ses "notes, son téléphone, ses cartes SIM", selon la FIDH. Me Deswaef avait rencontré Me Zakaria Abdillahi, ancien président de la Ligue djiboutienne des droits humains (LDDH), l'organisation membre de la FIDH à Djibouti ainsi que des représentants de la société civile, des responsables de l'opposition, plusieurs chancelleries occidentales, des représentants des Nations unies, selon le communiqué. Les défenseurs des droits humains "vivent dans une situation préoccupante", estime M. Abdillahi. "Arrestations, violences commises par les forces de sécurité, détentions arbitraires, surveillance notoire... Le gouvernement cherche à faire perdurer un climat de terreur". Djibouti est un Etat stable en plein coeur d'une région troublée et qui suscite l'intérêt des grandes puissances. Il accueille notamment des bases militaires américaine, française et chinoise. Le parti au pouvoir a remporté fin février largement et sans surprise les législatives. Les principaux partis d'opposition avaient boycotté ce scrutin. "Le traitement subi par mes collègues est inadmissible, mais pas surprenant", déclare Alice Mogwe, présidente de la FIDH. "Ce qui l'est davantage, c'est la passivité des pays européens, des États-Unis et de la Chine, bien contents de profiter d'installations sur le sol djiboutien, sans se soucier du sort des populations locales".