Mali : la junte désigne un ministre et colonel 1er ministre par intérim

AFRICA RADIO

21 août 2022 à 21h36 par AFP

Le chef de la junte au Mali, le colonel Assimi Goïta, a désigné dimanche un autre colonel, le ministre Abdoulaye Maïga, Premier ministre par intérim en remplacement du civil Choguel Kokalla Maïga, hospitalisé il y a quelques jours.

"Le colonel Abdoulaye Maïga, ministre de l'Administration territoriale et de la Décentralisation, est désigné pour assurer l'intérim de M. Choguel Kokalla Maiga, Premier ministre, chef du gouvernement", dit un décret lu à la télévision d'Etat. Outre l'important portefeuille de la Décentralisation, Abdoulaye Maïga, âgé d'une quarantaine d'années, était aussi le porte-parole du gouvernement. Peu connu avant sa nomination à ce poste fin 2021, il a régulièrement fait à ce titre au cours des derniers mois, revêtu de son treillis, à la télévision nationale certaines des annonces les plus marquantes du gouvernement et des déclarations les plus abruptes contre la France. Il avait ainsi "exigé" fin juillet du président Emmanuel Macron qu'il quitte "définitivement sa posture néo-coloniale, paternaliste et condescendante". Le colonel Maïga passe pour ne pas avoir fait partie du cercle des officiers qui ont pris le pouvoir par la force avec le colonel Goïta en août 2020. Mais il est considéré comme proche de l'homme fort malien et est devenu la voix de la politique de rupture avec la France et ses alliés engagée après un deuxième putsch qui, en mai 2021, a écarté le président et le Premier ministre civils. Le colonel Goïta s'est ensuite fait investir en tant que président de transition. Avec la désignation du colonel Maïga aux fonctions de chef du gouvernement, les deux têtes de l'exécutif sont, au moins provisoirement, des militaires, alors que les colonels s'étaient résignés sous la pression internationale après le putsch de 2020 à confier les deux postes à des civils, tout en conservant la haute main sur les décisions. Choguel Kokalla Maïga, un vétéran de la politique malienne, avait été choisi pour être le chef du gouvernement après le second putsch de mai 2021. Il a été hospitalisé il y a huit jours après un malaise, cardiaque, selon un responsable hospitalier. Ses services s'étaient alors contentés d'indiquer qu'après "14 mois de travail sans répit, (il avait) été mis en repos forcé par son médecin". Ils annonçaient son retour au travail la semaine suivante. Mais aucune autre nouvelle de lui n'a été donnée officiellement depuis lors. Il est depuis plusieurs mois critiqué par de nombreux cadres politiques qui demandent sa démission et par nombre de ses anciens alliés du Mouvement du 5-Juin, dont il est l'un des fondateurs et qui a joué un rôle de premier plan dans la contestation ayant précédé la prise du pouvoir par les militaires en 2020. mk-kt-sd-lal/bds