Mort du quatrième patriarche de l'Eglise orthodoxe éthiopienne

AFRICA RADIO

4 mars 2022 à 18h51 par AFP

Le quatrième patriarche de l'Eglise orthodoxe d'Ethiopie, qui avait joué un rôle-clé dans l'unification de deux branches rivales, est mort, a annoncé vendredi le Premier ministre Abiy Ahmed.

Abune Merkorios avait pris la tête de l'Eglise, l'une des plus vieilles Eglises chrétiennes du monde, à la fin des années 1980 après la mort de son prédécesseur. Mais l'Eglise s'est scindée en 1991 après la nomination d'un nouveau patriarche lorsque le Front démocratique révolutionnaire du peuple éthipien (FDRPE) a chassé du pouvoir la junte militaire du Derg. Merkerios, considéré comme hostile au nouveau régime, avait été contraint d'abdiquer puis de fuir le pays pour s'installer aux Etats-Unis où il avait créé une Eglise dissidente. Un autre patriarche, Abune Pawlos, avait été élu après son exil. Se disant "profondément attristé" par la mort du quatrième patriarche de l'Eglise orthodoxe d'Ethiopie, le Premier ministre a estimé, sur Twitter, que Merkorios "a joué un rôle décisif pour l'unité des deux synodes". Le patriarche était retourné en Ethiopie en 2018, après 27 ans d'exil, après la réunification des deux branches rivales, lors d'un processus supervisé par Abiy Ahmed. Les discussions entre les deux synodes ont duré des années. Merkorios avait été autorisé à "retourner en terre sainte éthiopienne avec le rang de patriarche, et à reprendre le trône patriarcal", avait indiqué à l'époque l'Eglise. Après cette réconciliation, il y avait deux patriarches en Ethiopie. L'Eglise orthodoxe éthiopienne, dont les racines remontent au 4e siècle, est la plus importante du pays, représentant plus de 40% de la population de quelque 110 millions d'habitants.