La faim progresse en Angola, en proie à une terrible sécheresse

Par AFP

AFRICA RADIO

Le sud-ouest de l'Angola est en proie à une sécheresse de grande ampleur, la pire en 40 ans, qui fait progresser la faim, s'est inquiété vendredi le Programme alimentaire mondial (PAM).

"Le pays connaît des épisodes de sécheresse depuis décembre dernier avec des précipitations inférieures à la moyenne dans les provinces de Cuanza Sul, Benguela, Huambo, Namibe et Huíla", a indiqué un porte-parole du PAM, Tomson Phiri, lors d'un point de presse à Genève.La saison des pluies s'étend généralement de novembre à avril, mais cette année il n'y a eu que très peu ou pas de précipitations, a-t-il expliqué. "Les gens à qui j'ai parlé disent qu'ils n'ont pas été témoins d'un tel niveau de sécheresse depuis 1981".Cette sécheresse a des conséquences graves sur les cultures, selon le PAM, avec des pertes allant jusqu'à 40%, et sur la survie du bétail.L'agence onusienne "est extrêmement préoccupé par l'insécurité alimentaire chronique et les taux de malnutrition dans les zones les plus touchées", a souligné M. Phiri.Cette situation provoque également des déplacements de population, les familles partant vers des provinces angolaises ou en Namibie, un pays voisin.Le PAM coordonne actuellement des évaluations sur le niveau d'insécurité alimentaire dans le sud du pays. Les résultats doivent être publiés fin mai via le Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire" (IPC), qui est le standard le plus utilisé pour classifier la sécurité alimentaire.L'échelle IPC, la plus utilisée pour classifier la sécurité alimentaire, distingue cinq phases possibles dans la situation alimentaire d'un pays, la cinquième étant celle de "catastrophe/famine".