La Guinée délivre les cartes d'électeur en vue de la présidentielle

Par AFP

AFRICA RADIO

La Guinée a lancé samedi la remise de plus de cinq millions de cartes d'électeurs à travers le pays en vue de la présidentielle du 18 octobre, où le sortant Alpha Condé briguera un troisième mandat controversé, a constaté un correspondant de l'AFP.

Les électeurs ont commencé à se rendre dans les centres dédiés pour retirer le document, comme dans le quartier de Koloma dans la capitale Conakry où un petit groupe d'hommes, pour la plupart dépourvus de masques malgré la persistance du Covid-19, a fait la queue sous le soleil pour retirer le titre vert déclinant leur identité, leur filiation et leur adresse, avec une photo, un code barre et un code QR.Les électeurs ont jusqu'au jour du vote pour prendre possession de la carte.La campagne est officiellement ouverte depuis vendredi. Plus de 5,4 millions de Guinéens sont appelés à choisir le 18 octobre entre 12 candidats, dont le chef de l'Etat en exercice, Alpha Condé, 82 ans, élu en 2010, réélu en 2015.L'ancienne Constitution limitait le nombre de mandats présidentiels à deux. Mais M. Condé en a fait adopter une nouvelle en mars dans des conditions contestées. Lui et ses partisans estiment que la nouvelle Constitution remet les compteurs à zéro.La présidentielle a été précédée par des mois de contestation contre la perspective d'un nouveau mandat de M. Condé. Les manifestations ont été à plusieurs reprises durement réprimées et des dizaines de civils ont été tués lors de heurts. Les listes électorales retenues par les autorités pour cette présidentielle sont remises en cause par l'opposition.L'opposition a appelé à de nouvelles marches à partir du 29 septembre, faisant redouter des violences dans un pays coutumier des protestations et des répressions brutales.L'incertitude est entière sur l'interdiction ou non de ces manifestations. Le président a prolongé au cours de la semaine écoulée l'état d'urgence sanitaire en raison du Covid-19. Il permet au chef de l'Etat de prendre ou maintenir des mesures exceptionnelles, comme les restrictions imposées aux rassemblements.Le ministre de la Sécurité Albert Damantang Camara a indiqué cette semaine que de nouvelles dispositions sur les rassemblements devraient être annoncées avec l'ouverture de la campagne.