Libye: le groupe de contact reconnaît pleinement le CNT

Par La rédaction

ISTANBUL (AFP) - (AFP)

Le groupe de contact sur la Libye reconnaît désormais le Conseil national de transition (CNT), organe politique des rebelles, comme "l'autorité gouvernementale légitime" du pays, selon un extrait de la déclaration finale de la réunion du groupe à Istanbul vendredi.

"Cela veut dire que nous allons pouvoir dégeler un certain nombre d'avoirs appartenant à l'Etat libyen puisque que c'est le CNT qui exerce désormais cette responsabilité", a expliqué un peu plus tôt à la presse le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé, en marge de la réunion.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté en février des sanctions économiques contre le régime de Tripoli, incluant le gel des avoirs de la famille et des personnalité proches du colonel Mouammar Kadhafi.Le CNT réclamait la rétrocession de ces avoirs à la rébellion.

Le groupe demande également que les rebelles travaillent sans délai à établir un gouvernement de transition, selon ce document distribué par une délégation à quelques journalistes.

Le groupe de contact a aussi demandé de nouveau le départ du pouvoir du colonel Kadhafi.

"Kadhafi doit quitter le pouvoir selon des étapes définies qui seront annoncées publiquement", écrivent les pays alliés dans l'intervention en Libye, dans la déclaration finale.

Par ailleurs, les rebelles libyens ont poursuivi vendredi leur offensive sur le front Est, assurant progresser en direction du port pétrolier de Brega, au prix d'au moins deux morts et 24 blessés dans leurs rangs, selon un journaliste de l'AFP.

Au lendemain de leur offensive depuis Ajdabiya, carrefour routier à 80 km à l'est de Brega, les rebelles ont annoncé avoir fait un prisonnier et pris trois véhicules.

"Il y a des combats au nord (de la principale route entre Ajdabiya et Brega), au sud et au milieu", a déclaré Mohammed Zawi, un porte-parole des rebelles."Nous progressons bien au sud et au nord", a-t-il ajouté.

Devant le principal hôpital d'Ajdabiya, des ambulances et des pick-up arrivaient par vagues pour déposer les victimes des combats: au moins deux morts et 24 blessés, selon un journaliste de l'AFP.

Certains sont arrivés accompagnés d'une demi-douzaine de camarades qui ont expliqué que les blessures avaient été causées par des tirs d'artillerie au-delà du point à mi-chemin entre Ajdabiya et Brega, au sud de la route principale.

Les rebelles ont lancé jeudi une offensive sur Brega, dans l'espoir d'obtenir une victoire stratégique sur le front Est, enlisé depuis des mois à mi-chemin entre Brega et Ajdabiya après avoir beaucoup bougé au début du conflit.Les combats ont fait un mort et 12 blessés dans leurs rangs.