Ouganda: un célèbre avocat et défenseur des droits humains arrêté

22 décembre 2020 à 15h46 par AFP

AFRICA RADIO

Un célèbre avocat ougandais et défenseur des droits humains, Nicholas Opiyo, qui défend notamment l'opposant Bobi Wine, a été arrêté mardi en raison d'accusations de blanchiment, a annoncé la police.

M. Opiyo est le fondateur de l'ONG Chapter Four, très active en Ouganda dans la défense des libertés civiles.Il est également l'avocat de nombreux militants associatifs, ainsi que du très populaire chanteur et député Bobi Wine, 38 ans, principal adversaire déclaré, à la présidentielle prévue en janvier, de Yoweri Museveni, au pouvoir depuis 1986."Nous voulons confirmer l'arrestation de l'avocat Nicholas Opiyo par une unité conjointe du renseignement sécuritaire et financier, sur la base d'accusations de blanchiment d'argent et d'infractions connexes", a indiqué la police ougandaise sur son compte Twitter, sans autre détail.L'avocat "est toujours en garde à vue à la Division des enquêtes spéciales", a-t-elle précisé en début de soirée.Chapter Four a dénoncé l'"enlèvement brutal" de son directeur exécutif, une "violation arbitraire de sa liberté individuelle et une mise en détention au secret".L'ONG s'est dite "d'autant plus inquiète pour la sécurité et le bien-être de M. Opiyo qu'il est détention hors de toute protection légale" et "en train de rassembler les faits et étudier la situation, et va prendre des mesures pour faire en sorte qu'il soit libéré rapidement".Selon Bobi Wine, M. Opiyo a été arrêté en compagnie de trois autres avocats et d'un membre de son parti, qui enquêtent sur les violences des 18 et 19 novembre en Ouganda, déclenchées par l'arrestation du chanteur et opposant.Ces violences avaient fait au moins 37 morts selon la police."Défendre les droits humains n'est pas un crime! Nous savons que cette arrestation vise à empêcher l'enquête actuelle", a tweeté Bobi Wine.M. Opiyo a été lauréat en 2015 du prix Allison Des Forges, décerné par Human Rights Watch (HRW).L'ONG de défense des droits de l'Homme avait dit récompenser "son dévouement inébranlable pour défendre les droits humains de tous les Ougandais, dont ceux de la communauté LGBT, en contestant en justice les lois discriminatoires et en donnant de la voix en faveur des principes des droits humains universels".