RDC: un élu provincial soupçonné d'outrage au président Tshisekedi emprisonné

28 juin 2021 à 14h29 par AFP

AFRICA RADIO

Un élu provincial soupçonné d'outrage au président Félix Tshisekedi, après la diffusion d'une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux, a été incarcéré par la justice militaire dans le nord-est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris lundi de son avocat.

Après une nuit passée au cachot du parquet militaire de Bunia, "le député provincial Jean-Bosco Assamba vient d'être transféré à la prison de Bunia" dans la province de l'Ituri, a déclaré à l'AFP son avocat Me Jean-Marie Ezadri.Élu de Bunia, capitale provinciale, membre de la coalition des partisans de l'ex-président Joseph Kabila, M. Assamba Angaika est en détention depuis dimanche après avoir répondu à une convocation du service des renseignements de la police."Il a été auditionné lundi par l'auditeur (procureur) militaire de garnison près le tribunal militaire de Bunia" et "le motif de sa détention n'est pas encore défini", a expliqué Me Ezadri.Selon des médias en ligne congolais, le député d'opposition Assamba est soupçonné d'"outrage au chef de l'État" pour des propos tenus dans une vidéo qui a été largement partagée dans les réseaux sociaux depuis des semaines.La responsabilité de la restauration de la paix en Ituri, où des groupes armés terrorisent la population civile, revient "au président de la République. Le président de la République trompe beaucoup", avait-il dit, suscitant des rires dans l'assistance."Je commence à douter si le chef de l'État a vraiment le souci de la population iturienne. Il a promis le cantonnement, rien. Il a promis le désarmement, rien. Il a promis beaucoup de choses, rien. Il avait dit qu'il viendrait ici, rien. Tout ce qu'il promet, il ne le fait pas", a renchéri cet élu membre du Front commun pour le Congo (FCC) qui regroupe les partisans de l'ex-président Joseph Kabila.Les propos tenus dans cette vidéo l'ont été avant l'instauration de l'état de siège, lorsque M. Assamba était invité à s'exprimer sur la situation sécuritaire en Ituri, a affirmé à l'AFP Me Ezadri.L'état de siège a été proclamé le 6 mai en Ituri et dans la province voisine du Nord-Kivu, face à la menace des groupes armés locaux et étrangers, accusés d'exactions sur les civils dans cette région de l'Est du pays.